Champions Cup – Le Racing 92 éliminé de la Champions Cup après sa défaite au Leinster

  • Battus par les Irlandais du Leinster, les Racingmen sont éliminés de la Champions Cup.
    Battus par les Irlandais du Leinster, les Racingmen sont éliminés de la Champions Cup. PA Images / Icon Sport
Publié le , mis à jour

Champions Cup - Il fallait un exploit pour le Racing lors du quatrième et dernier match de la poule A face au Leinster à Dublin. Il n'a pas eu lieu. Face à un des favoris de la compétition, les Franciliens ont fait ce qu'ils ont pu avec une équipe remaniée mais cela n'a pas suffi malgré soixante premières minutes d'une grande qualité (36-10). Le Racing 92 est éliminé de la Champions Cup et ne disputera pas les huitièmes de finale pour la première fois depuis la saison 2016-2017.
 

Opposés aux Irlandais du Leinster favoris de la compétition, les Racingmen ont perdu les armes à la main cet après-midi à l'Aviva Stadium de Dublin (36-10). En terminant dixièmes de la poule A, ils ne verront pas les huitièmes de finale de la Champions Cup, mais ont de fortes chances de disputer les phases finales de Challenge Cup, compétition qu’ils n’ont jamais remportée.

Le rugby est un sport qui se joue à quinze contre quinze, et à la fin.. c'est le Leinster qui gagne. Rendez-vous seulement compte, la province irlandaise n'a perdu que deux petites rencontres en huit mois. Si les statistiques ne font pas tout, cette dernière a dû provoquer un gros mal de tête à Laurent Travers au moment de préparer ce déplacement à Dublin face à l'armada d'internationaux irlandais. Alors rajoutez à cela une liste de blessés grande comme le monde (Woki, Diallo, Kolingar, Chavancy pour ne citer qu'eux), et vous avez une belle définition du mot impossible.

Et pourtant, le Racing a fait douter du grand Leinster

On promettait l'enfer aux Racingmen face à la puissance irlandaise, meilleure attaque et meilleure défense de la compétition. Alors dès quand les premières secondes, les vagues bleues s'abattaient sur des Franciliens, probablement surpris de la vitesse d'exécution de Ringrose, Osborne (première titularisation à domicile en Coupe d'Europe à 20 ans !) et consorts, l'inquiétude était de mise. Quelques gros efforts défensifs permettaient au club français de résister mais sans inverser la pression et au quart d'heure de jeu, l'inéluctable arriva. Sur une attaque en première main, Ringrose perforait la défense et transmettait à son ailier O'Brien qui inscrivait le premier essai du match. 7-0.

 

La suite ? On pouvait croire que la formation de Leo Cullen allait tranquillement dérouler. C’était sans compter sur la vaillance adverse, et l’indiscipline des « Boys in blue », très inhabituelle il faut l’avouer. Le Racing reprenait progressivement la main sur la rencontre et après un carton jaune contre Larmour coupable d’un en-avant volontaire, les Franciliens persévéraient et trouvaient la faille avec l’essai du jeune talonneur Janick Tarrit après un maul à cinq mètres. Finn Russell ne transformait pas et le Racing revenait à deux petits points.

On restait sur ce même score jusqu'à la mi-temps, malgré de nombreuses occasions pour les Irlandais, qui s'acharnaient à tenter les pénaltouches à cinq mètres au lieu de prendre les points. Le Racing réalisait là un très bon premier acte dans l'enfer de l'Aviva Stadium. Seule ombre au tableau, la blessure du pilier Trevor Nyakane, touché à l'épaule.

Russell inconstant, Ringrose magistral

Dès le retour des vestiaires, Finn Russell ratait une pénalité, certes difficile (l'ouvreur écossais terminera le match sur un terrible 0/3). C'est tout le paradoxe du demi d'ouverture sur cette rencontre, comme sur tellement d'autres. Parfois injouable, comme sur l'essai de Wade à la 48 ème, où il perforait la défense après une séquence décousue et trouvait son ailier sur une passe de 25 mètres, il montra aussi un visage bien plus terne durant la rencontre. D'abord dans ses tentatives face aux perches qui auraient pu permettre au Racing de prendre plus d'avance au score ou sur certains choix dans le jeu (se séparer du ballon au pied à outrance). Bref, un Russell inconstant mais un Racing vaillant comme jamais, retrouvé en défense, qui faisait douter des Irlandais pas dans leur meilleur jour pendant plus d'une heure de jeu.

 

Le Leinster s'impose à l'Aviva Stadium et élimine le Racing de la Champions Cup.#ChampionsCup

Le film du match > https://t.co/xKjbkVjhyy pic.twitter.com/KeOp3w0Ssr

— RUGBYRAMA (@RugbyramaFR) January 21, 2023

A posteriori, les joueurs de Leo Cullen ont usé les Racingmen. Avec des séquences très longues, physiques avec du jeu à une passe, les Irlandais ont frappé la défense francilienne, fatiguant les jeunes défenseurs français, héroïques tout de même à l’image d’un Coulibaly étonnant en troisième ligne pour son premier match avec les professionnels. Finalement, le Racing craquait. Et peut nourrir quelques regrets car après une confusion en défense, Byrne en profitait et transmettait à Keenan qui inscrivait l’essai du 12 à 10. Quelques minutes plus tard, une pénaltouche allait enfin au bout et un premier break était fait (17-10).

Le dernier quart d'heure était terrible pour les Franciliens qui encaissaient trois essais et voyaient Garry Ringrose réaliser un petit festival. D'abord en tapant très loin devant lui et en trouvant d'une passe levée magnifique son ailier O'Brien. Puis en inscrivant le dernier essai du match, le sixième pour la province irlandaise, après une énième pénaltouche (36-10). Impressionnant à l'approche du Tournoi des 6 Nations... Avec ce succès bonifié, le Leinster termine premier de la poule A avec 20 points (quatre victoires à cinq points) et s'assure de recevoir lors des phases finales. En mission commando pour aller chercher la cinquième étoile dans quelques mois devant son public de l'Aviva Stadium, les Leinstermen seront coriaces à battre.

Le Racing est donc éliminé de la Champions Cup. Cela faisait cinq saisons que le club des Hauts-de-Seine se qualifiait toujours pour les phases finales de Champions Cup. Pas cette fois. La saison 2022-2023 des Franciliens ressemble définitivement à la fin d'une ère, avec la future arrivée de Stuart Lancaster à la tête du club. Mais au regard de certaines performances aujourd'hui (Coulibaly, Tarrit) ce Racing-là a de l'avenir ! Désormais, l'objectif sera le Top 14 et les phases finales de Challenge Cup, de beaux défis pour espérer décrocher ce fameux titre qui manque au club depuis 2016.

Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?