Champions Cup - Lourdement défait par Exeter, le calice jusqu’à la lie pour le CO

  • Les Castrais de Baptiste Delaporte ont encaissé six essais sur le terrain des Chiefs.
    Les Castrais de Baptiste Delaporte ont encaissé six essais sur le terrain des Chiefs. PA Images / Icon Sport
Publié le

Les tarnais ont encaissé six essais à exeter avant de tirer le rideau sur cette édition décevante de la champions cup. cap sur le top 14.

Et de quatre ! Le miracle n’a pas eu lieu et les joueurs du Castres olympique encaissent une quatrième revers en autant de rencontres de Champions Cup. Les voilà éliminés de toutes les compétitions européennes. N’en jetez plus, la coupe est pleine et le CO boit son calice jusqu’à la lie. Balayé à Exeter 40 à 3 dans l’enfer de Sandy Park, les Tarnais quittent la compétition par la plus petite des portes, avec zéro point et un « point-average » de – 76 unités et avec la lanterne rouge de la compétition accrochée dans le dos. Fanny.

Voilà les données brutes et, à la lumière de ce seul prisme, la saison européenne du Castres olympique s’apparente à un voyage en enfer. Mais comme toujours cette saison, le score du déplacement à Exeter est très sévère eu égard à l’engagement des Tarnais et à leur bon début de match. Les hommes de Pierre-Henry Broncan étaient encore au contact en toute fin de première mi-temps avant que leur indiscipline ne fasse basculer la rencontre dans l’irrationnel. Trois cartons successifs (un rouge pour Tukino, deux jaunes pour Delaporte et Babillot) poussaient les Tarnais à évoluer pendant quelques minutes à douze, poussant les deux mêlées jouées pendant ce laps de temps à sept joueurs, dont deux centres en guise de troisième ligne. Épuisés par la débauche d’énergie induite par ces trop nombreuses minutes jouées en infériorité numérique, les Tarnais ont baissé pavillon dans les dix dernières minutes, cédant aux vagues anglaises pour encaisser dix-neuf points entre la 70e et la 80e minute (un essai de pénalité et deux essais transformés).

Un enchaînement dantesque

Le score a pris une ampleur que les Castrais ne méritaient sans doute pas. David Darricarrère, entraîneur des trois-quarts : « Il y a beaucoup de différence entre les deux équipes sur le plan de l’intelligence collective et stratégique. Exeter est une grande équipe et n’avait sans doute pas besoin que l’on se retrouve à douze joueurs sur la pelouse pour prendre le dessus. On fait une très bonne entame de match où on parvient à les faire douter. Le carton rouge de Feybian Tukino nous coupe la dynamique. Il est sévère, mais quand on applique strictement la règle, il est logique. »

Le Castres olympique doit désormais digérer cette campagne européenne qui ne restera pas dans les annales du club mais qui aura permis de préparer les joueurs aux futures échéances domestiques.
Car désormais, le chantier se situe sur le terrain du Top 14 où les Bleu et Blanc se trouvent face à un enchaînement de matchs dantesques : deux réceptions de Bordeaux-Bègles et La Rochelle, entrecoupées d’un déplacement à Clermont. La venue de Bordeaux-Bègles promet d’être un sacré tournant pour la suite de la saison des Tarnais, eux qui pointent à la onzième place du classement, seulement trois points devant Brive, actuel treizième et barragiste.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?