Champions Cup - Pour Clermont, le problème fut mental face aux Stormers

  • Baptiste Jauneau et les Clermontois ont craqué en quelques minutes face aux Stormers.
    Baptiste Jauneau et les Clermontois ont craqué en quelques minutes face aux Stormers. PA Images / Icon Sport
Publié le , mis à jour

Alors que l’ASM tenait la dragée haute à des Stormers peu emballants, un simple carton jaune infligé à Belleau a précipité la chute de Clermontois beaucoup trop vite résignés. Des comportements coupables qu’il s’agira de très vite soigner...

Faut-il y voir les effets du (très court) intérim de l’entraîneur de la défense Jared Payne à la tête de la délégation, l’effet collatéral de se savoir espionné par l’œil de Moscou de la télévision, 9000 kilomètres plus au Nord, par un tout nouveau manager, où tout simplement la conséquence d’avoir remplacé les « portes de saloon » de ces dernières semaines par un milieu de terrain et une troisième ligne de véritables sécateurs ?

Probablement un peu des trois, allez. Le fait est que samedi soir au Cap, les Auvergnats ont affiché pendant 45 minutes un visage des plus sérieux à défaut d’être vraiment séduisant, annihilant en défense toutes les prises d’initiatives de Stormers pas vraiment aidés par une charnière titulaire à hurler à la lune. Pourquoi seulement 45 minutes, nous dires-vous ? Parce que c’est à la 45e précisément que se déroula le tournant du match, avec un coaching musclé de John Dobson qui anticipa l’entrée en jeu de l’expérimentée charnière Herschel Jantjies-Jean-Luc Du Preez. Une paire qui trouva instantanément la solution face au premier rideau auvergnat, poussant même Anthony Belleau – un peu trop en retard à la réception d’un coup de pied à suivre – à commettre l’irréparable, en propulsant un ballon en touche de la main…

19 points concédés en 10 minutes

Dans la foulée ? C’est un autre entrant, Evan Roos, qui inscrivit le premier essai de la rencontre, suivi de près par Herschel Jantjies à la conclusion d’un phénoménal déboulé de Hartzenberg sur son aile. Deux coups d’assommoir qui laissèrent les Clermontois KO debout, perdus et définitivement seuls au bout du monde, au point d’encaisser même un troisième (superbe) essai par Dan Du Plessis. Pour le dire en chiffres, plus de la moitié des plaquages manqués par les Auvergnats (9 sur 17) se situent durant cette période d’infériorité, durant laquelle ces derniers ont tout bonnement manqué de caractère et de conviction, à l’instar également de trois coups de pieds expédiés à la va-comme-je-te-pousse par Jauneau, Delguy ou Newsome…

« Ils ont appuyé très fort à ce moment-là et on s’est retrouvé dans le dur, convenait l’entraîneur de la touche Julien Ledevedec. On n’a pas réussi à ressortir la tête de l’eau et ils nous ont asphyxié malgré notre belle solidarité et notre bon état d’esprit de la première période. » De quoi faire monter le tarif de ce carton jaune à 19 points, avalanche hautement symptomatique d’une équipe pétrie de qualités mais malade au niveau du mental, à laquelle Christophe Urios devra appliquer au plus vite un traitement de cheval, si possible dès le prochain déplacement à Lyon. « Ce match face au Lou, ça fait un moment qu’on y pense, avouait Ledevedec. On va rencontrer notre nouveau manager lundi après avoir un peu discuté avec lui, et on va entrer de plain-pied dans la préparation de cette rencontre qui est capitale pour nous. » L’adjectif est on ne peut mieux choisi, si l’ASM compte vraiment réussir son pari fou de décrocher 40 points lors des 11 dernières journées de Top 14…

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Nicolas Zanardi
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?