XV de France - Antoine Dupont n'a jamais été autant ménagé

  • Antoine Dupont a joué 16 matchs depuis le début de la saison.
    Antoine Dupont a joué 16 matchs depuis le début de la saison. Icon Sport
Publié le , mis à jour

La semaine dernière, les débats sur le temps de jeu du capitaine du XV de France sont allés bon train. Lui qui a pourtant bénéficié de plages de repos bienvenues.

Le directeur de la performance du XV de France Thibaud Giroud s’est alarmé de l’utilisation d’Antoine Dupont : « Si la Coupe du monde était dans deux ans, je vous dirais que je serai très inquiet pour Antoine. Arriver à maintenir ce niveau d’intensité… Mentalement et physiquement, jouer 2000 minutes par an à son niveau, tu ne peux pas le reproduire pendant dix ans. » Pour son temps de jeu, il y a pourtant de quoi relativiser. Avant les matchs du week-end, Dupont totalisait 1021 minutes toutes compétitions confondues, soit moins que Grégory Alldritt (1162), Cameron Woki (1125), Damian Penaud (1105), Anthony Jelonch (1096), Maxime Lucu (1080), Yoram Moefana (1062) ou Thomas Ramos (1036), et environ autant que Charles Ollivon (1017).

Le Toulousain - qui a été suspendu deux semaines mais n’a pas subi la moindre blessure - se situe dans la moyenne des internationaux. Or, son manager Ugo Mola avait annoncé, dès l’été dernier, une plus grande gestion de ses Bleus, eux qui avaient fini le précédent exercice très usés. Dupont a donc bénéficié de trois semaines de vacances complètes, comme Julien Marchand et Anthony Jelonch, autres titulaires indiscutables en sélection.

Rythme ou régulation ?

Hors blessures, il n’avait jamais été ménagé dans une telle mesure ces dernières années. Et cela explique sa fraîcheur quand il est sur le terrain. « Des garçons ont besoin de rythme, explique Mola. D’autres n’ont aucun problème à couper quinze jours avant de reprendre comme si de rien n’était, ce qui est le cas d’Antoine ou Romain (Ntamack). Après, au-delà de 25 matches par saison, on sait qu’il y a toujours un danger physique réel. […] Je suis preneur de toute bonne solution quand Thibault Giroud passera du côté de Bordeaux la saison prochaine pour la gestion des internationaux. Ils ont surtout besoin de jouer des matchs de haut niveau, en club ou en sélection. C’est plus la régulation de nos compétitions qui pose débat. Est-ce que nos joueurs ne s’aguerrissent pas plus en enchaînant des gros matchs de Top 14 à La Rochelle, Bordeaux, Toulon ou Lyon ? Je pense que si. De même que, quand les Saracens sont descendus en deuxième division anglaise, tout le monde a dit que les Farrell ou Itoje allaient pouvoir récupérer. L’équipe anglaise a tellement bien récupéré qu’elle ne gagne plus rien ! Je pense que le haut niveau appelle le haut niveau. »

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Jérémy Fadat
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?