Top 14 - Dos au mur, Brive garde ses convictions

  • Le salut de Brive passera par le « jeu ».
    Le salut de Brive passera par le « jeu ». Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Retombés à la dernière place, les brivistes sont dos au mur. pour autant, ils gardent leur conviction et confiance en leur jeu. Leur salut passera par le « jeu ».

Le rugby est fait de séries. Les Brivistes sont bien placés pour en parler… Après sept défaites de rang au cœur de l’automne et une dernière place à cinq points de Perpignan, les Corréziens ont su enchaîner trois victoires pour reprendre la treizième place avec sept points d’avance sur les Catalans. Et puis patatras… Trois défaites plus tard, conjuguées à trois victoires usapistes, et voilà le CAB de nouveau lanterne rouge à quatre unités de Perpignan. « Ce championnat est très homogène, reconnaît Paul Abadie. Nous avions huit points d’avance il y a quelques semaines, nous en avons quatre de retard mais ça ne change pas grand-chose. Surtout qu’il n’y a pas que Perpignan devant… »

Pour autant, pas question de mettre le frein à main dans le jeu malgré l’enjeu et la situation peu enviable au classement. « Il ne faut pas chercher à nous restreindre dans le jeu parce que nous sommes derniers. Mais attention il faut jouer intelligemment et rester pragmatiques », reprend le demi de mêlée. D’autant que si les Brivistes ont perdu sans bonus sur la pelouse synthétique de l’Arena, ils ont proposé plusieurs séquences intéressantes mettant les Franciliens en difficulté. « Nous sommes revenus avec beaucoup de points positifs de ce déplacement. Maintenant que nous nous sommes retrouvés sur la performance collective, il faut faire un gros match à La Rochelle collectivement et individuellement pour revenir avec des points et ainsi enclencher une nouvelle dynamique positive. »

Le CABCL sans Nicolas Sanchez

Avec les retours de blessure de Mesulame Kunavula, intéressant et tranchant pendant près d’une heure face au Racing 92, et de Stuart Olding, le CAB dispose de nouvelles armes offensives. Malheureusement pour les Brivistes, ils ont aussi perdu leur maître à jouer, Nicolas Sanchez, touché aux adducteurs. Depuis le début de saison, jamais les Corréziens n’ont pu aligner tous les meilleurs éléments en même temps… « C’est forcément frustrant, mais il ne faut pas se cacher derrière ça, souffle l’ancien Agenais. C’est le lot de toutes les équipes dans ce championnat qui est très long. » Certes, mais le CAB n’est pas épargné cette saison…

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Romain LAFON
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?