XV de France - L'edito du lundi : Haouas hors jeu

  • Mohamed Haouas face à l'Écosse
    Mohamed Haouas face à l'Écosse Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Dans l'edito du lundi, Emmanuel Massicard revient sur le carton rouge de Mohamed Haouas face à l'Écosse...

Difficile de passer à côté, même si ces Bleus ont réchauffé les cœurs et témoigné d’un sacré caractère à l’instant de se relever après l’accident irlandais ; ils sont debout et avancent encore malgré une manière qui laisse encore à désirer, malgré cette absence de maîtrise qui rend la copie forcément moins prestigieuse.

Difficile. Et ingrat, aussi. Car la première victoire du XV de France en phase de relance mérite bien que l’on s’y attarde et décortique ce match parfois brindezingue, sur lequel Fabien Galthié doit désormais construire.

Il n’en demeure pas moins impossible de ne pas se pencher d’abord sur le cas de Mohamed Haouas, qui vient d’être expulsé pour la deuxième fois de sa carrière internationale. Toujours face à l’Écosse. Après un coup de poing il y a trois ans à Murrayfield, voici donc ce coup de boule grossier, inutile et stupide, qui change la face d’un match jusqu’ici imperdable et qui changera certainement la suite de sa trajectoire en bleu…

Le coup de trop ? C’est encore à voir, mais il y a fort à parier que le récidiviste, en plus d’avoir terminé son Tournoi, soit hors jeu pour une bonne partie de la fin de saison avec Montpellier…

On saura vite si les caciques de la commission de discipline trouveront des circonstances atténuantes à un geste parfaitement répréhensible mais qui n’a rien de commun avec la dangerosité du coup d’épaule de Gilchrist en plein visage de Jelonch. Il y aura forcément matière à débattre, soyez-en sûrs… À chaud, Fabien Galthié a d’ailleurs déjà plaidé l’accident de jeu avant de soutenir son joueur et d’affirmer : "il fait partie de l’équipe".

Permettez-nous ce qu’il faut de réserve, avant de savoir si Haouas restera effectivement dans le coup jusqu’au Mondial. La jurisprudence "Jean-Pierre Garuet" nous rappelle en effet combien les discours d’après-match peuvent être des leurres… En 1984, le pilier droit lourdais fut le premier international français expulsé en match officiel, pour une "fourchette" sur son vis-à-vis irlandais. Cette sanction exemplaire lui avait valu le courroux du président Ferrasse, qui l’avait traité d’imbécile en plein banquet. Finalement, Garuche avait revu la vie en Bleu après trois mois de suspension…

Vingt-neuf ans plus tard, Mohamed Haouas aura-t-il droit, lui, à une telle mansuétude pour une troisième chance en Bleu ? Rien n’est moins sûr. Au nom de la morale, de l’indispensable exemplarité et de l’exigence qui préside au principe de sélection, après avoir consommé tant de jokers et fait preuve d’une agressivité incontrôlée qui faillit donc coûter la victoire au XV de France ce dimanche face à l’Écosse, le pilier va logiquement regarder le train tricolore partir sans lui. Au rythme où vont les choses, et avec le temps qui presse d’ici au Mondial, les occasions de revenir seront de plus en plus rares… Alors, un simple "fait de jeu", ce coup de tête ?

Emmanuel Massicard
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

Les commentaires (1)
jackjour Il y a 24 jours Le 28/02/2023 à 18:40

il faut arrêter. Haouas doit être sanctionné, c'est plus qu'un jeu déloyal, c'est une agression caractérisée, et qui n'avait aucun intérêt, il aurait dû tout simplement se replacer en défense, et contrer au moment ou. Les joueurs connaissent les règles et les enjeux. Haouas devra en tirer la leçon.
jack.