«Mon rêve Bleu»

  • «Mon rêve Bleu»
    «Mon rêve Bleu»
Publié le , mis à jour

Canet-en-Roussillon a pris des allures de Marcoussis en accueillant le stage du XV de France cette semaine. Mercredi, la représentation des Bleus fut maîtrisée avec succès sous les yeux des enfants ébahis. Retour en enfance...

15h01. Le XV de France foule la pelouse du Stade de Canet-en-Roussillon. Dans les tribunes, on distingue facilement les voix enfantines. «Oooooh Wesley Fofana ! ». « Bernard Le Roux est un monstre, tu as vu tous ses muscles ? » Que d’émerveillements dans les yeux des enfants qui, à présent, ne reflètent qu’une seule et même couleur : le bleu. À l’heure où l’échauffement débute, lorsque Camille Lopez et Rémi Talès commencent à échanger quelques passes, les pas des enfants du XV de France sont bien plus rapides. Foulants le bord du terrain, de gauche à droite, ils tentent de rattraper le rythme de leurs grandes idoles, qui de leur côté, dégagent une intense concentration.

« Moi plus tard, je voudrais être Rory Kockott », nous livre Gabin, 8 ans, licencié aux club de l’entente des deux Têt. Pour les plus petits, difficile de suivre l’entraînement sur le plan technique. On préfère jouer aux cailloux, essayer de reconnaître les grands joueurs ou encore, les derniers arrivés dans l’équipe. Sous le premier essai de l’entraînement enclenché par Wesley Fofana, les applaudissements dans la tribune nord du stade résonnent à l’unisson comme si, en une minute, le premier match du Six Nations venait de débuter.

«C’est un rêve pour moi»

Du côté de l’école de rugby de la Côte Vermeille, Anna, Matteo, Gabrielle, Thomas et Adrien ont eux aussi pris part au spectacle. « Je suis si heureuse d’être là ! » lance Anna, poster du futur France / Ecosse à la main. Tous les supports sont bons pour récupérer les autographes de leurs idoles. Magazines et ballons recevront dans quelques minutes l’écriture de Camille Lopez, Rory Kockott ou encore Yoann Huget. Au grand dam de Thomas, supporter toulousain, Louis Picamoles n’est malheureusement pas de la partie. Mais au hit parade du XV de France, ce n’est pas un joueur qui prend la première place mais le sélectionneur Philippe Saint André, qui fait l’unanimité dans les écoles de rugby : « On veut le voir, c’est le meilleur entraîneur !» décrètent les futurs rugbymen français. Au vu de cet engouement certain, Guillaume Albarède, leur éducateur est fier de son initiative : C’est aussi un rêve pour moi qui se réalise, car avant d’être entraîneur j’étais joueur ! Ici les enfants prennent conscience de la chance qu’ils ont d’avoir leur club à proximité du lieu d’entraînement des Bleus. Tout à coup, s’identifier à son joueur préféré prend tout son sens. »

Le passage des joueurs du XV de France dans la foule d’enfants est l’apothéose. Guillaume, petit blond aux yeux bleus qui « va bientôt faire sept ans » est même récompensé d’une accolade bienveillante du géant toulousain Yoann Maestri : « De rien, bonhomme ». Une journée de douceur et un retour aux rêves d’enfants dans ce face à face avec le XV de France. Dans cette ambiance du Six Nations, le Bleu prend des allures d’insouciance. R.P.

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?