Agen : Avril a fini son audit

  • Agen : Avril a fini son audit
    Agen : Avril a fini son audit
Publié le , mis à jour

Devant faire face à des problèmes récurrents en mêlée fermée, le manager d’Agen, Mathieu Blin, a fait appel à Denis Avril pour réaliser un audit de ce secteur si particulier. La mission de l’ancien pilier du Biarritz olympique vient de prendre fin.

Il est venu une dernière fois le mardi 27 janvier. Dernière séance de mêlée sur le terrain annexe d’Armandie pour terminer un « audit » commandé par Mathieu Blin, le manager d’Agen. Une mission d’un mois censée mettre des mots sur les maux récurrents de la mêlée lot-et-garonnaise. En tout cas, si l’on croit les fidèles supporters agenais qui pointent du doigt ce secteur de jeu depuis plusieurs saisons. Pourtant, le travail entrepris depuis la descente en Pro D2 porte ses fruits selon l’ancien talonneur parisien : « À la fin de la phase aller, nous avons regardé les statistiques. Nous avions 76 % de capacités à sortir nos ballons. C’est intéressant sauf qu’il faut aussi prendre en compte notre deuxième mi-temps contre Biarritz, sauf qu’il faut aussi retenir les trois dernières mêlées face à Massy ou notre match contre Dax. Et là, tu comprends que quand tu souffres en mêlée, tu ne souffres pas, tu te fais défoncer. Ça fait évidemment disparaître les progrès effectués pour les gens qui ne retiennent que les moments difficiles. C’était pareil la saison dernière, où sur les huit derniers matchs avant la finale, nous avons 80 % de ballons joués sur nos mêlées. Mais quand tu prends un essai de pénalité en finale, lors d’un match retransmis à la télévision et devant 35 000 personnes, tu fermes ta gueule. Nous avions un déséquilibre entre une véritable progression au niveau des statistiques et des moments de trous. Et quand je parle de trous, ce sont des trous abyssaux » À partir de ce constat, le staff technique du SUALG a décidé de faire appel à Denis Avril pour apporter un regard neuf. Un audit dont les résultats sont déjà visibles puisque les Agenais ont gagné ont régularité depuis le passage à 2015.

Denis Avril n’y est pas étranger, les nouvelles méthodes de travail mises en place par le staff non plus. Mathieu Blin toujours : « Il faut aussi tenir compte d’une confiance retrouvée au sein du groupe mais aussi au fait de ne travailler que la mêlée dans une séance d’entraînement alors qu’avant nous travaillions la mêlée et la touche en même temps. » Pour tenir cette phase d’ajustements, il fallait aussi percer les mystères de l’axe droit selon le manager agenais : « Denis a eu ce regard sur l’axe droit. Il a effectué un gros travail. Moi, je peux parler facilement de la position du talon, Jean-Jacques Crenca du pilier gauche et Denis pu dire ce nous pensions depuis un moment sur la position du droitier. » La légitimité de l’ancien Biarrot a fini de convaincre les avants lot-et-garonnais. On pouvait alors penser que la mission de Denis Avril serait prolongée jusqu’à la fin de la saison. Son retour sur les terrains annexes d’Armandie n’est pourtant pas prévu. Explications d’un Mathieu Blin ravit de coup de poker réussi : « L’intérêt supérieur de notre groupe a fait que l’on a mis notre orgueil de côté avec Jean-Jacques Crenca. C’est toujours difficile de faire intervenir quelqu’un d’autre. Je remercie Jeannot. Maintenant, je suis le manager et Jean-Jacques est l’entraîneur en chef des avants. L’expérience avec Denis ne devrait pas être reconduite. Ça se fait dans beaucoup d’entreprises de faire appel à personnes extérieures pour réaliser des audits. » Celui réalisé par Denis Avril a apporté de vraies solutions au SUALG.

Nicolas Augot
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?