Carré : «Une relégation peut tuer un club»

  • Carré : «Une relégation peut tuer un club»
    Carré : «Une relégation peut tuer un club»
Publié le , mis à jour

Alain Carré, le président de Colomiers porte un regard précis sur l’élite du rugby français. Il nous éclaire également sur la réalité vécue par les clubs de Pro D2, dont l’USC.

On entend souvent dire que le Top 14 est le meilleur championnat du monde. Mais dispose t-il de la formule la plus aboutie, avec des phases finales, une double relégation, etc. ?

Cette formule ne me déplaît pas, sauf peut-être le match du vendredi. Cela m’ennuie d’autant plus que je sais que l’année prochaine, le match du vendredi sera forcément celui de Pro D2. Concernant les phases finales, j’y suis très attaché. Voir les colonies de supporters monter dans les bus quand le printemps arrive, c’est une image que j’affectionne particulièrement. Et puis le fait de disposer de six places qualificatives permet de concerner un maximum de formations et de réduire le ventre mou. Cela permet d’avoir un championnat bien plus palpitant.

Certains proposent de supprimer ces phases finales pour libérer des dates pour le XV de France.

J’entends cet argument. Mais notre Top 14 est fantastique et l’équipe de France ne doit pas lui nuire. Nous avons déjà trouvé le moyen de libérer des dates pour les Bleus. Il ne faut pas toucher aux phases finales. Le Top 14 est unique.

Concernant le Pro D2, le président clermontois éric de Cromières propose une ouverture à 24 clubs, organisés en deux poules de 12 pour intégrer les formations les plus ambitieuses de Fédérale 1. Que pensez-vous de cette proposition ?

Je suis sceptique. A mon sens, les plus ambitieuses équipes de Fédérale seront absorbées avec les mesures qui ont été prises par la FFR et qui entreront en vigueur la saison prochaine. Grâce à ces mesures, les deux équipes qui monteront en Pro D2 seront parfaitement prévenues et préparées a cette montée. Avant, les deux finalistes montaient et ne découvraient qu’a posteriori tous les changements qu’impliquaient une montée. Là, ce sera différent.

Si vous deviez changer le Top 14, vous iriez vers un Top 12 ou un Top 16 ?

On dit ici et là qu’il faut libérer des dates pour ménager des plages de repos aux joueurs ou libérer du temps pour le XV de France. Mais je vois aussi que dès qu’il y a un week-end libre, les équipes organisent des matchs de gala au Japon ou je ne sais où encore... Je suis mal placé pour en parler car je ne suis qu’en Pro D2, mais si cela ne tenait qu’à moi, je ne changerais pas.

Que pensez-vous de la double relégation ? En Angleterre, il n’y a qu’un relégable et les équipes semblent jouer plus libérées...

Deux descentes en Top 14, c’est peut-être beaucoup en effet. C’est même un véritable problème, car une descente peut tuer un club. La Ligue propose des aides pour atténuer le choc, mais cela reste rude, surtout entre la Pro D2 et la Fédérale. Je pense que l’exemple anglais, avec une seule relégation, est intéressant.

Aucune équipe n’est en danger de mort, et au bout d’un moment, le public se fait ch...» Alain Carré, président de Colomiers à propos d’un projet de ligue fermée

Mais cela voudrait dire qu’il n’y aurait qu’un seul promu, ce qui réduit les chances de Colomiers de monter en Top 14...

Je sais, c’est peut-être l’affect qui parle. J’ai vécu trois montées, mais aussi trois descentes. Je sais combien les saisons peuvent être douloureuses. Je sais aussi que plusieurs présidents de Pro D2 ne seront pas de mon avis.

Que pensez-vous d’un championnat sous la forme d’une ligue fermée ?

Je suis contre. Il faut qu’il y ait un peu de peur pour rendre un championnat excitant. Regardez le Challenge européen, qui n’a aucun enjeu: vous croyez franchement que les équipes se régalent à participer à cette compétition ? Aucune équipe n’est en danger de mort, et au bout d’un moment, le public se fait ch...

Seriez-vous favorable à la création d’une Coupe de France, qui opposerait les clubs de niveaux différents ?

Mais où allons nous trouver des dates ? Les agendas sont déjà hyper serrés... Et puis, le rugby, ce n’est pas le foot : une telle compétition opposant des adversaires de niveau aussi différents ne peut pas exister. En foot, une équipe de National peut, sur un match, faire tomber un cador de Ligue 1. En rugby, une équipe de Fédérale 1 ne fera jamais tomber une équipe de Top 14.

Selon vous, faut-il jouer en été ?

C’est une question qui se pose souvent. En effet... Mais je ne vois pas d’inconvénients à jouer en hiver. Certes, c’est dur pour les spectateurs, mais je trouve que ces matchs hivernaux, disputés dans des villes au climat froid donnent de la saveur à notre championnat. Et puis la Ligue nationale de rugby a pris des mesures pour que l’hiver ne perturbe plus la saison : elle oblige les clubs a prendre leurs dispositions pour disposer d’un terrain pratiquable à tout moment de l’année.

Simon Valzer
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?