• Courbevoie joue l’intervalle
    Courbevoie joue l’intervalle
Publié le / Modifié le
Fédérale 3

Courbevoie joue l’intervalle

Le club francilien rencontrera Drancy à la reprise. Pour prendre la première place, les artistes du bonus offensif doivent battre les champions d’automne.

Par Guillaume CYPRIEN

L’équipe de Courbevoie est parvenue à se maintenir au niveau de celle de Drancy par sa faculté à inscrire des bonus offensifs (Fédérale 3, poule 2). Les Drancéens sont toujours invaincus. Ils ont été déclarés champions d’automne. Ils sortent tout juste d’un onzième succès consécutif très convaincant à Beauvais (15-17), chez le troisième de leur poule. Et malgré un match de retard, ils sont toujours premiers (48 points).

Mais leurs concurrents de Courbevoie sont toujours dans leurs pattes (47 points). S’ils ont déjà perdu deux fois — à la maison contre Drancy (12-34) et à Marcq-en-Barœul (9-3) - les joueurs des entraîneurs Taleb Tounsi et Fred Masnière sont toujours en mesure de disputer sa pole position au champion d’automne national, par le fait de leur justesse offensive. En nombre d’essais inscrits, la hiérarchie au classement est respectée. Courbevoie a franchi la ligne à 41 reprises en douze rencontres (3,4 essais par match). Drancy est passé 42 fois en onze sorties (3,8 essais par match). Drancy est meilleur. Mais les joueurs de Courbevoie ont mieux géré leurs victoires : six bonus offensifs pour eux lors de leurs dix succès (60 %), contre quatre bonus en onze succès pour Drancy (36 %).

Ces deux points en plus au classement, ajoutés au bonus défensif pris à Marcq-en-Barœul, ont déjà permis de combler une partie de l’écart entre les deux équipes. Et dans dix jours, au moment de la reprise, elles se retrouveront pour leur match retour. Les Drancéens gagneront encore, et conserveront leur première place jusqu’à la fin de la phase préliminaire, ou les deux équipes se livreront ensuite à un duel à distance palpitant lors des cinq dernières rencontres, si Courbevoie devait prendre sa revanche. « Drancy nous avait vraiment bien corrigés chez nous au match aller, a commenté Fred Masnière. Mais nous n’allons pas nous protéger pour autant en réduisant la voilure. Nous ne changerons rien à notre philosophie de jeu offensif pour ce deuxième rendez-vous. » Ce club de Courbevoie la développe depuis une quinzaine d’années.

Développement vertical

Quand il avait repris l’école de rugby, le responsable Laurent Ruffieux avait instauré le principe d’un développement vertical d’une identité de jeu : tout le monde s’est mis à jouer pareil de l’école de rugby jusqu’aux seniors. Quinze ans après, le club est complètement imprégné de cette idée. Le passage entre les catégories en est devenu très facile. C’est ce qui a permis à l’équipe réserve d’être quart de finaliste du championnat de France il y a deux ans, et demi-finaliste l’an dernier. Cette année, près d’une dizaine de ces réservistes joue régulièrement en première. Et si le club avait ciblé quatre ou cinq recrues à l’intersaison, des profils très particuliers pour combler certains manquements, la grande majorité des membres de l’équipe est directement issue de cet apprentissage. « Et le groupe parvient vraiment bien à appliquer nos principes d’action cette saison », note Fred Masnière, qui en fut le demi de mêlée avant de diriger les avants depuis un an. Suffisant pour bouger Drancy, et disputer la première place ? Réponse dans dix jours.

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir