Le réveil du Girou

  • Le réveil du Girou
    Le réveil du Girou
Publié le , mis à jour

Passé en l’espace de cinq ans, de 2009 à 2014, de la Fédérale 1 à l’Honneur, le club est en phase de reconstruction et retrouve le goût de la victoire.

Par Didier NAVARRE

Si la Vallée du Girou était lié à un conte mythologique, il se rapprocherait du mythe d’Icare. L’histoire de ce club du Nord toulousain, c’est tout d’abord une promotion en Fédérale 3 en 2003 et une montée au plus haut niveau amateur au terme de la saison 2009. Mais pour avoir approché de trop près les astres et la lumière, la structure s’est finalement brûlée les ailes. À l’inverse, entre 2010 et 2014, le club est passé sans transition de l’élite amateur à l’honneur régional. Dans cette période de vaches maigres, il y a tout de même eu la joie d’un sacre national de l’équipe réserve en Fédérale 1 en 2010 qui a apporté un peu de baume au cœur aux dirigeants et incontournables supporters.

« Retrouver une âme »

Au terme d’une saison 2013-2014 conclue par un nouveau désastre sportif, les forces vives du club décidèrent de prendre à l’intersaison, le taureau par les cornes. « Il était d’important de stopper cette hémorragie de la descente, commente l’entraîneur Didier Herrerias. Il fallait automatiquement partir sur de nouvelles bases avec un état d’esprit différent. Lors de la période des mutations, des joueurs ont fait le choix de nous quitter, nous ne les avons pas retenus. En revanche, j’avais demandé aux dirigeants de porter leurs efforts sur certains postes. Nous avons recruté, un talonneur supplémentaire, un deuxième ligne, un ouvreur et un centre. Nous avons eu la chance de récupérer deux joueurs chevronnés qui sont le troisième ligne Jean-François Fournier, champion de France de Fédérale 2 avec Castanet en 2009 et le centre Vincent Igarza, plusieurs fois champion de France avec les équipes jeunes du Stade toulousain et qui a également évolué au Stade français. Notre souci principal était de retrouver une âme et surtout de renouer avec la victoire. »

À l’issue de la première phase qualificative, la copie rendue par les Haut-Garonnais fut plus que satisfaisante avec une première place au classement devant Saint-Affrique et Sor-Argout ponctuée ensuite par une participation aux très enviées poules play-off. Un premier exercice bien maîtrisé qui a légitimement fait place à de nouvelles ambitions, ce dont préfère nuancer Didier Herrerias « La Fédérale 3, ce n’est pas forcément l’objectif. Pour le moment, il faut reconstruire, se structurer et intéresser nos jeunes. Déjà, si nous parvenons à nous qualifier pour la phase éliminatoire, la saison sera réussie. »

Dimanche, l’entente passe un sérieux test à domicile face à au leader saint-gaudinois. Dans l’hypothèse d’un succès, les Bleus du Girou peuvent encore prétendre à un avenir radieux et des lendemains qui chantent.

Didier Navarre
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?