Clap de fin pour McCaw ?

  • Clap de fin pour McCaw ?
    Clap de fin pour McCaw ?
Publié le , mis à jour

Selon la presse locale, l’emblématique capitaine de la Nouvelle-Zélande devrait annoncer, dans quelques jours, sa retraite à l’issue de la prochaine Coupe du monde.

Un titre de champion du monde, 137 sélections (dont 101 comme capitaine, un record), cinq titres de Super Rugby, cinq autres de champion de Nouvelle-Zélande… C’est un monument du rugby mondial - son joueur le plus titré et sûrement bientôt le plus capé (seul Brian O’Driscoll, avec ses 141 sélections, le devance) - qui pourrait annoncer sa retraite dans les jours qui viennent. Richie McCaw doit s’entretenir au sujet de son avenir avec Steve Tew, le patron du rugby néo-zélandais. Ce dernier se montrait plutôt flou dans la presse anglo-saxonne ces dernières heures : « Je pense qu’il considère encore les options qui sont les siennes, a-t-il déclaré. Il faut qu’on s’assoie tous les deux et qu’on en discute quand je serai à Christchurch cette semaine. Mais nous ne sommes pas pressés et il se donnera le temps de la réflexion. »

Il ne semble toutefois pas subsister beaucoup doutes quant à la suite que le joueur de 34 ans devrait donner à sa carrière. Depuis l’année dernière déjà, les rumeurs d’une retraite à l’issue de la prochaine Coupe du monde vont bon train. Selon les médias néo-zélandais, McCaw, qui participera à son quatrième Mondial dans quelques mois, devrait faire de ce rendez-vous en Angleterre son ultime défi : celui d’être le premier capitaine all black à remporter un sacre mondial à l’étranger.

Fidèle aux Crusaders et à son pays

Il se retirerait alors en pleine gloire. Et s’imposerait plus que jamais comme l’un des plus emblématiques (le plus ?) représentants du rugby néo-zélandais. Contrairement à plusieurs de ses coéquipiers (Carter, Nonu, Smith, etc.), Richie McCaw n’aura donc pas cédé aux sirènes des clubs étrangers - notamment de Top 14 - pour rester fidèle à sa province, les Crusaders, et à son pays. Même quand il a eu besoin de couper avec le rugby, en prenant six mois de congé sabbatique en 2013, il n’en avait pas profité pour empocher un lucratif contrat dans un club européen ou japonais mais pour se reposer et visiter les États-Unis.

Ce week-end, Richie McCaw entamera sa quinzième saison de Super Rugby, avant de mener les All Blacks pour sa quatorzième saison sous le maillot à la Fougère. Et d’écrire, très probablement, le dernier chapitre de la carrière la plus impressionnante que le rugby mondial ait connu.

Emilie Dudon
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?