Rumilly : cap sur la Fédérale 1

  • Rumilly : cap sur la Fédérale 1
    Rumilly : cap sur la Fédérale 1
Publié le , mis à jour

Une nouvelle coprésidence a été portée à la tête du club haut-savoyard. Dans un esprit de transmission et de poursuite de l’évolution connue depuis plusieurs saisons.

Abonnés aux phases finales mais également à une élimination dès le premier tour de la compétition, les Rumilliens n’ont pas hésité, en début de saison, d’afficher de nouvelles ambitions. Le discours commun tenu à la fois par les dirigeants, l’encadrement et les joueurs était clair. Il fixait un double objectif de qualification en cherchant à terminer parmi les deux premiers d’une poule relevée (la 4) et d’accéder à la Fédérale 1. Aux deux tiers de la compétition, il semble établi que la qualification ne leur échappera, eux qui totalisent déjà huit victoires dont six bonifiées. Avec à la fois la meilleure attaque (401 points inscrits) et la meilleure défense (196 points encaissés) de la poule 4, les Rumilliens semblent armés pour relever leur défi.

À sa juste place

Mais le reste de l’histoire s’écrira dans un nouveau contexte. Depuis le vendredi 23 janvier, Serge Jacquemier, à la tête du club depuis 2006, engagé depuis 2011 dans une coprésidence avec Gérard Mathieu, un ancien joueur du club, a choisi de passer le relais. Le changement s’est opéré dans la continuité avec à la tête du club un nouveau binôme composé de Gérard Mathieu et Alain Rémillon. Le monde du rugby, ce dernier le connaît bien, lui qui, depuis plusieurs saisons déjà, est l’un des principaux partenaires du FCSR dont il a pu mesurer, à travers cet engagement, la progression et la structuration. Comme Serge Jacquemier, il est aussi un chef d’entreprise, dans le secteur du BTP, et à ce titre aussi une forme de continuité prévaudra dans l’organigramme du club rumillien.

La complémentarité avec Gérard Mathieu, imprégné de la culture du FCSR, devrait ainsi être la même. « La coprésidence est une formidable richesse qui permet de fédérer l’ensemble des composantes du club. Elle correspond parfaitement au mode de fonctionnement d’un club comme le nôtre qui repose sur l’engagement de bénévoles. Quand Gérard Mathieu est venu m’épauler, cela a constitué un véritable plus. Il a une parfaite connaissance du FCS Rumilly dont il a toujours porté les couleurs et dont il veut assurer la réussite », souligne Serge Jacquemier avant d’évoquer l’action qu’il a menée durant huit ans à la tête du rugby rumillien. « Quand j’ai pris la présidence, la première des choses a été de tourner une page. Le club était encore dans la nostalgie du Top 16. Il fallait le remettre à sa juste place en intégrant l’arrivée du professionnalisme. À partir d’un postulat de rigueur budgétaire et en nous appuyant sur la qualité de notre école de rugby, nous avons avancé avec un objectif nouveau chaque année. Notre club de partenaires est passé de trente-deux à plus de quatre-vingts membres, un club de supporters a été créé, l’amicale des joueurs relancée, les anciens joueurs ont été intégrés dans la vie du club, le travail des bénévoles a été valorisé et, surtout, nous avons permis aux jeunes issus de notre école de rugby de jouer à leur meilleur niveau et pour certains d’intégrer les rangs de l’équipe première. »

Il parle aussi de l’avenir du rugby rumillien et de la création d’un conseil de surveillance au sein duquel il continuera à siéger : « Si nous avons l’ambition de franchir un palier en accédant à la Fédérale 1, nous devons renforcer les structures de notre club. La création d’un conseil de surveillance aux côtés d’une coprésidence est un bon moyen de répartir les tâches. Rumilly est aujourd’hui le club le plus important du comité des Alpes en termes de licenciés. Il est parfaitement intégré dans la vie locale en tenant un véritable rôle citoyen. » Un constat qui légitime les nouvelles ambitions du FCS Rumilly. J-P.D.

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?