Succès historique pour les Rebels

  • Succès historique pour les Rebels
    Succès historique pour les Rebels
Publié le , mis à jour

Les Rebels de Melbourne ont frappé un grand coup en s’imposant d’emblée chez les Crusaders pour le compte de la première journée de Super Rugby.

Première journée, et premier événement de ce Super Rugby édition 2014-2015. Les Rebels, connus pour être la plus faible des franchises australiennes et classés à la quinzième place l’année dernière, se sont imposés sur la pelouse de l’AMI Stadium, antre des Crusaders de Richie McCaw et de Dan Carter, tous deux titulaires. Finalistes l’année dernière, les Crusaders ont donc commencé leur saison de la pire des façons… Certes, c’est une habitude chez eux. L’année dernière, ils avaient déjà connu un démarrage poussif avant de se frayer un chemin jusqu’en finale. À leur décharge, on pourra aussi ajouter qu’il leur manquait leur deuxième ligne Sam Whitelock, et le numéro 8 Kieran Read ainsi que leur arrière Israel Dagg. Mais tout de même… Perdre de cette façon devant 13 500 spectateurs fait désordre… Car au-delà du résultat, c’est la manière qui dérange.

Carter blessé

Passifs, attentistes, dominés devant, les Crusaders n’ont pas vu le ballon de la partie. À tel point qu’ils n’ont même pas profité des vingt minutes pendant lesquelles ils étaient en supériorité numérique… Impensable pour une équipe de ce calibre, et pourtant c’est bien la réalité. Et pour ne rien arranger, Dan Carter a quitté le terrain en boitant. Le nom de l’homme du match ne vous dira probablement rien… il s’agit de Nick Stirzaker le jeune demi de mêlée des Rebels. Sanctionné d’un carton jaune dès la troisième minute pour un stamping appuyé sur sa Majesté Richie McCaw, le bouillant neuf inscrivit un essai en fin de deuxième mi-temps en contrant un coup de pied de Dan Carter. Rien que ça… Il ne le sait peut-être pas, mais le gosse de Sydney a aidé son équipe à remporter une victoire historique : les Crusaders n’avaient pas perdu à domicile contre une équipe australienne depuis 2004.

Simon Valzer
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?