Dusautoir : « S’appuyer sur 2013 »

  • Dusautoir : « S’appuyer sur 2013 »
    Dusautoir : « S’appuyer sur 2013 »
Publié le , mis à jour

À la veille d’affronter l’Irlande à l’Aviva Stadium, certainement pour la dernière fois de sa carrière, le capitaine du XV de France Thierry Dusautoir s’est penché sur la dynamique actuelle de son adversaire et sur ses souvenirs à Dublin.

La France a souvent gagné en Irlande dans son histoire. Est-ce toujours possible aujourd’hui ?

Une chose est certaine, il est devenu de plus en plus difficile de l’emporter ici. Même si je sais que la France a beaucoup gagné à Dublin par le passé. Mais objectivement, aujourd’hui, ce serait presque un exploit au vu de l’état de forme de cette sélection. Pourtant, je crois que notre équipe en est tout à fait capable. On sait à quoi s’attendre contre l’Irlande. Ce sera un match âpre et dur. On s’attend notamment à un début de rencontre très engagé sur le plan physique. Cette formation a fait une spécialité de mettre beaucoup de pression sur son adversaire dans le premier quart d’heure. Il faut passer ce cap.

Cela vous étonne-t-il de retrouver l’Irlande à un tel niveau ?

Non, ça ne m’étonne pas. C’est une équipe constante ces dernières années. Elle a gagné le Tournoi l’an passé et trouvé une vraie régularité dans ses résultats, en battant l’Australie et l’Afrique du Sud en novembre. C’est une bonne performance pour une nation européenne. On a posé les Irlandais comme favoris de ce Tournoi 2015. Est-ce que c’est une bonne chose pour nous tester ? Je le pense. Nous n’aurons pas beaucoup pression finalement, sinon de se relâcher et d’être le plus efficace et enthousiaste possible sur le terrain.

Cette formation a fait une spécialité de mettre beaucoup de pression sur son adversaire dans le premier quart d’heure. Il faut passer ce cap.

Vous avez déjà gagné en Irlande à titre personnel. Si vous deviez retenir un seul souvenir à Dublin, lequel serait-il ?

Si je devais en garder un, je crois que ce serait celui de notre dernière confrontation ici, en 2013. On n’avait fait que match nul (17-17, N.D.L.R.). Mais je me souviens surtout d’une première mi-temps timide de notre part. Nous n’étions pas au niveau et nous étions revenus aux vestiaires à moins douze points. Il nous était impossible de l’emporter dans ces conditions. Pourtant, nous avons recollé en deuxième mi-temps. Et s’il y avait eu quelques minutes supplémentaires, nous aurions même pu gagner. Cela montre bien qu’il est possible de repartir d’ici avec une victoire. Et l’équipe de France d’alors n’était pas vraiment différente de celle qui affrontera l’Irlande ce week-end. On doit s’appuyer sur ce qu’on avait pu mettre en place sur cette deuxième mi-temps en 2013 pour faire match plein cette fois.

Ceci avant d’affronter l’Irlande en poule lors du prochain Mondial…

C’est un peu loin. Il y a d’abord un Tournoi des 6 Nations à penser dans sa globalité. À la fin de celui-ci, on verra les progrès et la confiance accumulée. Gagner ici en apporterait. Mais pas forcément pour la Coupe du monde.

Jérémy Fadat
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?