De la Fédérale au Mondial : Berchesi, l’atout de Chambéry

Au sein du SO Chambéry Rugby, en Fédérale 1, un joueur attire l’attention. Felipe Berchesi, ouvreur du club, devrait participer à la Coupe du monde de rugby en Angleterre avec l’Uruguay.

C’est à 5 ans que Felipe Berchesi a touché son premier ballon de rugby, à l’école, en Uruguay. Alors, le rugby entra entièrement dans sa vie. À l’âge de 8 ans, le jeune Uruguayen commence le rugby avec le Carrasco polo Club, situé à Montevideo. Le joueur fait ses gammes dans ce club, il progresse jusqu’à réussir une dizaine d’années plus tard à intégrer l’équipe nationale de l’Uruguay des moins de 20 ans. « J’ai joué deux championnats du monde des moins de 20 ans, en Russie en 2010 puis en 2011 en Géorgie», raconte Felipe.

Il jouera ensuite avec la sélection à VII, il aura même l’occasion de jouer à deux reprises contre l’équipe de France à VII. Depuis 2011, il joue avec l’équipe nationale à XV et a même contribué à la qualification de l’Uruguay à la Coupe du monde 2015. Alors devenu joueur dans le club italien du Rugby Badia ASD, le joueur se propose pour intégrer le club de Chambéry. « Je voulais jouer en France car le niveau est bien plus élevé ici », précise Felipe. Pour Michel Ringeval, l’un des entraîneurs de Chambéry, Felipe Berchesi était l’ouvreur qui correspondait au club : « On cherchait un demi d’ouverture capable de s’adapter à notre système de jeu basé sur le mouvement. On nous a envoyé des vidéos et on a décelé chez lui de la vitesse, un bon jeu au pied, une capacité à buter, à défendre et de l’intelligence dans le jeu.»

«Je suis heureux ici»

Les débuts n’ont pas été simples pour le jeune Uruguayen mais il a su s’intégrer au club : « Il fait froid ici et puis c’est dur d’arriver dans un nouveau club mais il y a beaucoup de joueurs étrangers ici, ils m’ont beaucoup aidé à m’intégrer et aujourd’hui je suis heureux à Chambéry », assure Felipe. De plus, étant très travailleur, le jeune joueur de 23 ans prend des cours de français avec un professeur particulier deux fois par semaine. « C’est important d’apprendre le français car en tant qu’ouvreur c’est moi qui suis censé diriger le jeu », précise-t-il. Aujourd’hui, l’Uruguayen a pris encore plus de place dans l’équipe, depuis la blessure de Sébastien Decarre, il est devenu le buteur de l’équipe. « Il permet à l’équipe d’avancer, il est devenu un leader de l’équipe», assure Michel Ringeval.

«Il est sérieux mais ne se prend pas au sérieux»

Si l’ouvreur en est là aujourd’hui, le travail n’y est pas pour rien : « Un demi d’ouverture doit constamment se remettre en question, et lui est toujours très attentif à ce qu’on lui dit, il travaille énormément, déclare Michel Ringeval. Il travaille mais est très cool, il ne se prend pas au sérieux. » Felipe, quant à lui, se voit comme un joueur offensif mais ne délaisse pas pour autant les taches défensives : « J’aime attaquer la ligne, jouer en contre-attaque mais tout numéro 10 doit également savoir défendre.»

Pour cette année, le natif de Montevideo y croit dur comme fer : « Pour moi, on a la meilleure ligne de trois-quarts du championnat, on est très performants en contre-attaque et on a une bonne défense, je pense qu’on peut aller aux play-off du championnat. » Pour l’heure, Felipe est en Fédérale 1, mais le jeune Uruguayen est promis à un bel avenir, la Coupe du monde sera pour lui le moyen de se montrer au plus haut niveau face à des grosses écuries comme l’Angleterre ou le pays de Galles. G. C.