Romans regarde au loin

  • Romans regarde au loin
    Romans regarde au loin
Publié le , mis à jour

Pour cette saison 2014-2015, le club a changé sa présidence. Après onze ans de bons et loyaux services, Jean-Louis Darlay a été remplacé à la tête du club par Jacques Ritton, le nouvel homme fort du club.

Moi, président

Nouveau président du club depuis le début de la saison, Jacques Ritton raconte sa prise de fonctions : « Depuis quelques années, j’aidais le club de l’USRP au niveau du sponsoring. Par la suite, des amis m’ont demandé il y a quatre ans si je voulais m’investir un peu plus dans le club. Chose que j’ai acceptée. Une dizaine de chefs d’entreprise sont ensuite venus m’aider à construire le projet que l’on a amorcé. Avant le début de la saison, Jean-Louis Darlay, alors président du club depuis 2004, a préféré raccrocher après dix ans de bons et loyaux services. On s’est ensuite concerté pour savoir qui allait prendre la présidence. Je dois dire que personne n’a montré une réelle motivation. Donc c’est moi qui ai pris la fonction, logiquement, puisque j’avais initié le mouvement avec quelques collègues. »

Une équipe et non un seul homme

« Ce titre de président est assez symbolique, on est avant tout une équipe dirigeante complémentaire et efficace », précise Jacques Ritton. Le nouvel homme fort ne veut pas se cacher, derrière une poule compliquée. « C’est vrai que c’est une poule très homogène mais ce n’est qu’une poule de rugby. » Le début de saison n’a pas toujours été satisfaisant selon lui.

Les finances du club

« En Fédérale 1, l’essentiel est de trouver des ressources financières », explique le président de Romans-sur-Isère. Jacques Ritton l’a bien compris, les capacités financières seront l’une des conditions de la réussite. « On est, avec Nevers, le club qui est le moins dépendant dans collectivités », affirme-t-il. En effet, selon lui, sur les 1 987 000 € de budget, seulement 15 % proviennent des collectivités, le reste étant obtenu par les sponsors, les recettes diverses et billetteries. Le président précise également que, malgré un budget conséquent, tout n’est pas alloué à l’équipe première, il y a un réel investissement sur le centre de formation et l’école de rugby.

Les jeunes sont l’avenir

« La volonté est qu’une grosse partie de l’équipe première soit issue du centre de formation », explique M. Ritton. Plus précisément, l’objectif était de 30 % de l’équipe 1 en soit issu, mais d’ici deux ou trois, ans le club devrait être dans les 40-50 % », selon Jacques Ritton. Signe de la bonne santé de la formation iséroise, certains joueurs du monde professionnel ont été formés à Romans comme un certain Gaëtan Germain. Pour répondre à leurs objectifs de formation, le club a un centre de formation labellisé depuis trois ans. Aussi, le club a fait une entente avec le Roc de la Voulte-Valence afin que les jeunes de la structure puissent jouer au plus haut niveau, en Gaudermen, Alamercery et Crabos.

Une montée en Pro D2

Jacques Ritton ne se voile pas la face. Le club n’est pas prêt pour monter. « Oui, on peut monter mais ça sera compliqué de se maintenir, c’est une question économique», affirme-t-il. Néanmoins, le président conclu avec ambition : « Dans deux ou trois ans, le Pro D2 sera envisageable.» G.C.

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?