Nicolas Deltour : «Je suis attaché à cette équipe»

  • Nicolas Deltour : «Je suis attaché à cette équipe»
    Nicolas Deltour : «Je suis attaché à cette équipe»
Publié le , mis à jour

Nicolas Deltour, capitaine de l’Avenir valencien, revient sur le parcours difficile de son équipe.

À 32 ans, Nicolas Deltour connaît tout de l’Avenir valencien. Au club depuis neuf ans, le deuxième ligne et capitaine de l’équipe fanion, reconnaît pourtant avoir vécu des périodes difficiles ces derniers temps. «Cela fait trois saisons que l’on ne parvient pas à reprendre les devants. Après avoir connu une demi-finale il y a quatre ans, l’année suivante nous avons échoué aux tirs au but en huitièmes. Et, depuis, les saisons sont difficiles...» La situation en Fédérale 1 n’est décidément plus tabou : «C’est une compétition de plus en plus difficile, surtout au vu des contrats pros qui envahissent ce championnat supposé être amateur…»

Heureusement, c’est un groupe fort qui évolue au sein du club, une équipe où la solidarité réside depuis des années. «Je suis très attaché à cette équipe car nous sommes un noyau de joueurs qui évoluons ensemble depuis mon arrivée : à l’époque nous étions encore en Fédérale 2, nous avons gagné le titre de champions de France un an après mon arrivée. Forcément ça créé des liens ! » Des liens, Nicolas Deltour en a aussi créé avec le président actuel, David Lagrange : « C’est lui qui m’a recruté il y a neuf ans alors qu’il n’était que dirigeant. C’est une fierté aujourd’hui de l’avoir en tant que président, la reconnaissance est d’autant plus grande. »

« Aller le plus loin possible »

À travers son expérience de joueur, le deuxième ligne souhaite pérenniser ce qui a été entrepris jusque-là pour le club et la Fédérale 1. «Nous recevons un certain nombre d’espoirs d’Agen qui arrivent de saison en saison et nous souhaitons les aider à rebondir». En tant que capitaine, Nicolas Deltour souhaite prendre les devants pour son équipe même si son ressenti est différent aujourd’hui : «Le capitanat est un autre rôle désormais. Ça ne se passe plus simplement le dimanche à 15 heures. Toute la semaine, il faut faire du social, parler aux joueurs, et aller chercher les gars pour réussir à les tenir concentrés jusqu’à la fin de la saison. Capitaine, c’est très prenant à tous les niveaux, mais j’aime les responsabilités. Mais je suis prêt à m’investir totalement pour ce club.» Quoi qu’il puisse advenir au club, Valence-d’Agen peut compter sur son capitaine pour se promettre un bel avenir. R. P.

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?