L’étrange cas Plisson

  • L’étrange cas Plisson
    L’étrange cas Plisson
Publié le / Mis à jour le

Rappelé dans le groupe tricolore après la blessure de Pierre Bernard, Jules Plisson devrait faire un retour express à Marcoussis. Un an après son dernier match en bleu, le Parisien connaît une trajectoire internationale contrariée.

Flash back. Il y a un an tout pile. Jules Plisson, qui avait été lancé dans le grand bain à l’occasion du Tournoi 2014, faisait figure de nouvelle promesse pour le rugby français. Titularisé pour un premier match à haute tension, face à l’Angleterre, il bénéficiait des forfaits de Tales et Lopez. Et Saint-André ne tarissait pas d’éloges sur lui : « Jules Plisson possède une panoplie complète dans la gestuelle, la stratégie. Il était déjà avec nous il y a un an et demi, en stage, et nous lui avons donné des axes de progrès qu’il a suivis », se satisfaisait le sélectionneur à la veille de la victoire face aux Anglais (26-24).

À nouveau titularisé en Italie, au pays de Galles et en Écosse, l’ouvreur parisien allait toutefois payer très cher son match à Cardiff (défaite 27-6, le 21 février), durant lequel il n’avait pas existé face au harcèlement défensif de Jamie Roberts. Et s’il avait enchaîné à Édimbourg, il avait été remplacé dès la 47e par Rémi Tales. Le Castrais avait d’ailleurs retrouvé une place de titulaire une semaine plus tard, pour le dernier match contre l’Irlande… Que Plisson n’avait pas disputé, ne figurant même pas sur la feuille de match. « Jules Plisson a un talent fou, mais il doit progresser en défense, où il n’a pas des statistiques suffisantes à ce niveau. Tales est plus âgé, il a de la bouteille », avait alors justifié PSA, qui lui reprochait notamment des lacunes en défense et dans le jeu au pied.

Derrière Bernard dans la hiérarchie

Le joueur, alors âgé de 22 ans, payait le mauvais Tournoi des Bleus et n’était pas rappelé pour la tournée en Australie (Tales et Michalak, qui couvre les postes de 9 et de 10), ni pour les tests de novembre (Tales et Lopez, remis de blessure et auteur d’un très bon début de saison avec Clermont). Même le Bordelais Pierre Bernard lui était passé devant, convoqué pour le stage de pré-Tournoi au Canet-en-Roussillon puis pour ce match face au pays de Galles, avant de se blesser samedi avec l’UBB. Comme l’an dernier, Jules Plisson bénéficie de plusieurs coups du sort pour se refaire une place en bleu, alors que Michalak et Trinh-Duc sont aussi hors-concours sur blessure. Il ne devrait toutefois pas rester dans le groupe pour le match face aux Diables rouges samedi. Les places sont chères chez les Bleus, surtout quand on joue 10…

Emilie Dudon
Voir les commentaires
Réagir