Pourquoi PSA n’y arrive pas face au Gallois

  • Pourquoi PSA n’y arrive pas face au Gallois
    Pourquoi PSA n’y arrive pas face au Gallois
Publié le / Mis à jour le

Philippe Saint-André possède un bilan catastrophique face au pays de Galles puisqu’il a perdu trois matchs en autant de rencontre. Avant de retrouver sa « bête noire » samedi, voici quelques faits qui peuvent expliquer cet échec.

PSA est un peu trop timide

Les Gallois sont très joueurs et aiment provoquer, alors que les Bleus adorent prendre leur temps et mettre en place leur jeu. Face à une équipe qui prend un malin plaisir à mettre le feu dans tous les coins du terrain et relancer chaque ballon, les hommes de PSA sont rapidement en souffrance. Malgré une dimension physique supérieure du pack français les Gallois arrivent à dominer le jeu grâce à leurs arrières puissants et habiles. À l’image de la rencontre de l’année dernière au Millennium de Cardiff, l’équipe galloise, joueuse d’entrée, a dominé les Bleus tactiquement et pliée la rencontre dès le premier acte. L’équipe de France qui aime plutôt finir fort ces matchs, est souvent en difficulté lorsqu’elle rencontre le pays de Galles.

PSA est mal tombé

Depuis la période 1971-1978, les Gallois n’avaient pas connu une génération aussi forte. Les Georges North, Leigh Halfpenny, Alun Wyn Jones, Sam Warburton… ont pris la suite des Gareth Edwards, Graham Price, JPR Williams, Phil Bennett, Barry John… Déjà vainqueur de quatre Tournois des 6 Nations depuis 2005, dont trois grands chelems, les hommes de Gatland sont sur les traces de leurs aînés qui ont remporté cinq fois la compétition entre 1971 et 1979.

PSA ne gagne pas forcément contre les autres non plus

42 % de victoire, c’est le pire bilan d’un sélectionneur à la tête des Bleus de tous les temps. Philippe Saint-André souffre face aux autres nations du rugby mondial. Le sélectionneur des Bleus en place depuis 2011 n’a toujours pas trouvé la solution pour inverser la spirale négative qu’il connaît depuis son intronisation.

PSA a du mal face à Gatland

Le Néo-Zélandais mène cinq succès à un devant le Français. Avant de se croiser en tant que sélectionneur, les deux hommes ont déjà bataillé en championnat d’Angleterre lors de la saison 2004-2005. Respectivement entraîneur des Sale Sharks (PSA) et des London Wasps (Gatland), les deux coachs ont connu des fortunes diverses lors de cette année. Vainqueur au match aller de la phase régulière sur la pelouse des Wasps (30-33), Philippe Saint-André et ses joueurs se font ensuite surprendre à Sale (25-27) et laisse la seconde place du championnat à Gatland et ses hommes. Cette deuxième place synonyme de réception pour les demi-finales coûtera la victoire à Saint-André (44-22), qui laisse son homologue s’envoler vers le titre de champion d’Angleterre 2005.

Parra, l’homme providentiel de PSA

Petit motif d’espoir pour samedi, la dernière fois que les Bleus ont battu le pays de Galles, Morgan Parra était titulaire au poste de demi d’ouverture. PSA a décidé de l’aligner d’entrée ce qui n’était plus arrivé face au XV du poireau depuis le match de Coupe du monde 2011, il jouera cette fois à son poste de prédilection mais c’est peut-être un signe… D. C.

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir