XV de France : ces surprises d’avant Mondial

  • XV de France : ces surprises d’avant Mondial
    XV de France : ces surprises d’avant Mondial
Publié le , mis à jour

En quoi les Tournois ont-ils influencé - ou pas - la composition des trente Mondialistes ? Depuis 2003, les surprises sont régulières

2003, la question de l’ouvreur : Gelez et Merceron ouvrent la voie à Michalak

La France termine troisième du Tournoi mais perd de peu contre l’Irlande et l’Angleterre. Bernard Laporte était privé du pilier droit Pieter De Villiers, suspendu pour prise de substances illégales. Il croit le récupérer, mais de Villiers se blessera durant la préparation et déclarera forfait. Ce Tournoi un peu tristounet sonne le glas de la carrière de Christian Califano, qui ne sera pas du voyage en Australie. Bernard Laporte ne parvient pas à résoudre son problème d’ouvreur : Merceron et Gelez se partagent le poste sans vraiment convaincre. Au cours de l’été, Laporte installera Frédéric Michalak avec le numéro 10. À la mêlée, Dimitri Yachvili gagne sa place de doublure de Fabien Galthié, au détriment de Pierre Mignoni. Le groupe des 30 recèlera une surprise de taille, l’absence du jeune trois-quarts aile Vincent Clerc, sensation de la saison. Laporte préfère appeler l’expérimenté Christophe Dominici qui n’avait plus joué depuis deux ans. Autre surprise, la convocation du centre sud-africain d’origine Brian Liebenberg qui part pour l’Australie avec zéro sélection. À noter la présence de Yannick Jauzion et de Jérôme Thion. Aucun n’avait fait le Tournoi. Ils ont gagné leurs galons lors de la tournée estivale en Argentine.

2007, Chabal s’impose dans la ligne droite : Papé fait les frais de l’explosion médiatique de son ami

La France gagne le Tournoi à la différence de points aux dépens de l’Irlande. Les Bleus de Bernard Laporte semblent bien partis pour aborder la Coupe du monde organisée à domicile. Le jeune ouvreur Lionel Beauxis s’est révélé et David Skrela a montré qu’on pouvait encore compter sur lui. Les deux hommes ont gagné leur place pour la Coupe du monde, tout comme le demi de mêlée Pierre Mignoni, très constant et toujours titulaire (il a joué quatre matchs sur cinq en intégralité). Le groupe semble assez prévisible. Mais au mois de juin, une tournée est prévue en Nouvelle-Zélande mais la plupart des cadres des Bleus ne peuvent pas y participer à cause d’un embouteillage du calendrier. Les anciens Olivier Magne, Christian Califano et Thomas Castaignède font partie de ce groupe et conservent une lueur d’espoir de monter dans le wagon. Mais c’est un autre joueur qui tire profit de cette tournée, le troisième ligne Sébastien Chabal, qui a explosé médiatiquement malgré deux tests largement perdus. Il avait participé au Tournoi, mais le Mondial n’était pas forcément acquis pour lui. Laporte le prend dans le groupe au détriment de… Pascal Papé qui a joué trois matchs du Tournoi et qui était capitaine de la tournée estivale : grosse surprise. Mais Chabal peut jouer à la fois deuxième ligne, troisième ligne aile et troisième ligne centre, il permet même à Laporte de prendre trois flankers qui n’ont pas fait le Tournoi. Rémi Martin et Yannick Nyanga font partie de la première liste. Assez bien installé en numéro 8 Elvis Vermeulen déclare forfait juste avant le début de la préparation, ce qui provoque la convocation d’un certain Thierry Dusautoir, totalement oublié pendant le Tournoi.

2011, une défaite à Rome qui coûte cher : Chabal, Jauzion, Poitrenaud perdent leur place

En 2011, l’équipe de France de Marc Lièvremont perd à Rome 22-21. Marc Lièvremont ne cache pas son amertume et sa colère vis-à-vis de certains joueurs. Alors qu’il avait annoncé que le groupe du Tournoi ferait la Coupe du monde, il annonce que les cartes seront rebattues. « Tout est remis à zéro, déclare-t-il. J’en ai parlé avec Thierry Dusautoir qui s’est senti trahi. » Une semaine plus tard, la France se réveille et bat le pays de Galles 28 à 9. Mais Huget, Rougerie, Jauzion, Chabal, Marconnet et Poitrenaud ne sont pas sur la feuille de match. Pour ce dernier, le verdict est vraiment cruel puisqu’il n’est pas entré en jeu à Rome. On se doute que ces six hommes risquent de manquer le train du Mondial. Quand la liste des 32 de la Coupe du monde est révélée, l’impression se confirme pour Chabal, Jauzion et Poitrenaud. Marconnet sortira du groupe après les matchs de préparation. Aurélien Rougerie sauve sa tête (malgré une blessure à un pied qui l’a privé des derniers matchs de championnat) tout comme Yoann Huget mais celui-ci manquera le Mondial pour cause de trois « no show » aux contrôles antidopage. Au final, Palisson, Estebanez et le revenant Heymans sont les invités surprises du voyage en Nouvelle-Zélande.

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?