Afrique du Sud : la fin de l’exode massif ?

  • Afrique du Sud : la fin de l’exode massif ?
    Afrique du Sud : la fin de l’exode massif ?
Publié le , mis à jour

La Fédération sud-africaine entend limiter l’exode de ses meilleurs joueurs. Le Top 14 va inévitablement ressentir les effets de ces nouvelles mesures.

Avec 160 ressortissants répartis entre Top 14 et Pro D2, la colonie sud-africaine constitue le contingent étranger le plus important de nos championnats professionnels, et de loin. L’Hexagone ne cesse d’accueillir chaque été de nouveaux expatriés en provenance du Cap, de Durban ou de Port Elizabeth. La saison prochaine verra ainsi le débarquement de stars springboks (Duane Vermeulen au RCT, Willem Alberts au Stade français, Flip Van der Merwe à Clermont, les frères Du Plessis à Montpellier, peut-être imités par Eben Etzebeth, Siya Kolisi, Frans Malherb ou François Hougaard), de prometteurs espoirs (Steven Kitshoff à Bordeaux-Bègles, Marcel van der Merwe à Montpellier) et de soldats inconnus à même de devenir des figures incontournables de notre élite.

Ce flux migratoire devrait, à compter, de 2016, se réduire, notamment les plus talentueux éléments sud-africains. Comme révélé dans les colonnes du Midi Olympique du 6 mars dernier, la Saru travaille d’arrache-pied à établir un nouveau système protectionniste inspiré du modèle néo-zélandais. Pour résumer, les quarante meilleurs et plus prometteurs Boks ou aspirants à la sélection se verront proposer un contrat fédéral - contre une dizaine à l’heure actuelle. Les prétendants à l’exil verront leur projet contrarié par des obstacles en tous genres : un devoir d’informer la Fédération avant le 30 avril d’une volonté de départ ; l’impossibilité de négocier pendant quatre-vingt dix jours avec un club étranger à compter de cette date ; la perspective de sanctions en cas de non-respect des nouvelles dispositions envers les joueurs et leurs agents.

Officialisation du système fin avril ?

Les dirigeants sud-africains entendent ainsi mettre toutes les chances de leur côté pour conserver les plus grands talents, en contrôlant mieux le marché des mutations et en se donnant le temps de préparer les meilleures offres possibles. À partir de 2016, les joueurs sous contrat ne pourront officiellement s’engager avec une équipe étrangère avant le 1er août. Les clubs de Top 14 devront selon toute vraisemblance enregistrer ces arrivants de la dernière heure comme des recrues supplémentaires. Inévitablement, le démarchage des Springboks s’en trouvera contrarié. Et ce filon semble amené à se réduire au fil des années. Les contours de cette nouvelle législation doivent toutefois encore être définis : « Nous avons été en contacts avec le syndicat des joueurs (Sarpa, N.D.L.R.) et les Springboks sous contrat pour leur expliquer nos plans en vue de la saison 2016, avec la franche intention de conserver le plus de joueurs, confirme un dirigeant à SA Rugby Mag. Nous travaillons sur un nouveau modèle de contrat que nous espérons voir signer par la Sarpa et les provinces d’ici la fin avril. » L’aboutissement de ce dossier sera évidemment suivi avec la plus grande attention au sein de tous les clubs français.

Vincent Bissonnet
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?