Ranger, entre ombre et lumière

  • Ranger, entre ombre et lumière
    Ranger, entre ombre et lumière
Publié le , mis à jour

À Toulouse samedi, le All Black s’est montré tel qu’en lui-même : parfois génial - comme sur l’essai de Tulou, parfois déconcertant - comme sur les deux essais de Clerc. Analyse d’un phénomène.

Il y a d’abord eu cette belle première mi-temps. Ces deux tampons qui ont « mis sur le cul » Maxime Médard à deux reprises, la deuxième avant un essai logiquement refusé par M. Berdos. Il y a eu ce bon relais avec Lucas Dupont en tout début de match aussi. C’est indéniable, Rene Ranger est une arme offensive extrêmement précieuse pour le MHR. L’un de ces joueurs dont on sait que d’un coup de sang, d’un coup de rein, peuvent vous changer totalement le destin d’un match, voire d’une saison. C’est précisément pour ça qu’il avait été recruté d’ailleurs, s’imposant comme le symbole des ambitions montpelliéraines à son arrivée, en cours de saison 2013-2014.

Force est cependant de constater que Rene Ranger n’a jamais véritablement convaincu. Génial, ultra-doué et spectaculaire, certes, mais aussi dilettante, en défense notamment, voire peu concerné parfois. Capable du meilleur comme du pire, en somme. Et ce match à Toulouse samedi en est l’illustration parfaite. Parce que s’il a aussi offert le ballon du seul essai montpelliérain à Alex Tulou après une passe de classe internationale, le All Black (28 ans, 6 sélections) a également fait cadeau aux Toulousains de leurs deux essais inscrits durant cette rencontre. Aux Toulousains et à Vincent Clerc notamment, qui l’a battu deux fois après des chandelles très bien frappées de Luke McAlister. Sur la première, le Néo-Zélandais cafouillait à la réception et laissait l’ailier international le devancer au moment d’aplatir dans l’en-but. Sur la seconde, il ne rivalisait pas dans le combat aérien et Clerc s’offrait son deuxième doublé de la saison contre le MHR.

Les vœux d’Altrad

Lors de l’annonce de son retour en Nouvelle-Zélande, effectuée dans nos colonnes le 23 février dernier, Rene Ranger expliquait se sentir mieux depuis l’arrivée du staff anglo-saxon. « Avant, c’était très désorganisé, nous étions inconstants. Personnellement, cette organisation dans le jeu me manquait. Je pense que je comprends mieux maintenant », avait-il affirmé. La différence ne semble pourtant pas flagrante… Le futur joueur des Auckland Blues assurait aussi espérer qu’il laisserait un « bon souvenir à Montpellier » et que les gens seraient « fiers » de son passage. Pour cela, le président Mohed Altrad lui intimait de « finir correctement la saison », de « faire des bons matchs » et de « se montrer » après avoir passé plusieurs années « en demi-teinte » au MHR. Un mois plus tard, le patron du rugby héraultais ne doit toujours pas être totalement convaincu, lui non plus…

Emilie Dudon
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?