Qui sont leurs concurrents ?

  • Qui sont leurs concurrents ?
    Qui sont leurs concurrents ?
Publié le , mis à jour

Incontournables auparavant, le pilier Thomas Domingo et le numéro 8 Louis Picamoles ont été remplacés par une relève prometteuse incarnée par Ben Arous et Goujon.

Les deux plus grands mal-aimés de l’ère Philippe Saint-André peuvent-ils miraculeusement retrouver l’état de grâce en Bleu ? Pour redevenir incontournable, Thomas Domingo et Louis Picamoles devront avant tout s’imposer face à leurs concurrents directs. Pendant leur absence de la scène internationale, la relève s’est en effet affirmée et a établi une nouvelle hiérarchie dans l’esprit du sélectionneur.

À gauche, Eddy Ben Arous s’impose comme la nouvelle tête de gondole du poste : dynamique et actif, le Racingman, invité surprise du Tournoi des 6 Nations, s’est révélé, en trois sélections, être un gratteur redoutable et un pilier de mêlée relativement solide. Au point d’être considéré non plus comme une doublure de luxe mais comme un titulaire en puissance. Sauf blessure, sa participation au Mondial semble dès à présent acquise. Pour l’accompagner en Angleterre, le Clermontois Vincent Debaty, l’impact-player par excellence, et le Toulonnais Alexandre Menini, révélation de la tournée de novembre et sûrement le plus complet de tous, s’imposent comme de légitimes candidats. Pour passer devant ces deux rivaux, l’Auvergnat devra à la fois afficher ses qualités en mêlée fermée mais aussi répondre enfin présent dans le jeu courant, son présumé talon d’Achille aux yeux du staff.

Chouly a déçu, Goujon a surpris

La concurrence de Louis Picamoles semble relativement plus clairsemée. Damien Chouly a beaucoup déçu cet hiver. Le capitaine de touche et relais des entraîneurs a grandement souffert de son déficit en termes d’explosivité et d’impact ; de plus, il n’a pas assuré dans son rôle de métronome et de plaque tournante. Le méconnu Loann Goujon s’est donc vu offrir une chance inespérée en Italie où le Rochelais, plus dynamique et techniquement propre, a répondu présent. Le Rochelais passera un test grandeur nature à Twickenham face à une adversité autrement plus redoutable. Un véritable examen du très haut niveau pour le Clermontois de formation. Avec la chute de la cote de Damien Chouly, l’incertitude planant autour de Loann Goujon et la disparition du Bayonnais Charles Ollivon, Louis Picamoles voit s’ouvrir une brèche inattendue en cette fin de Tournoi. Lors de sa probable entrée en jeu contre l’Angleterre, le perce-muraille toulousain, capable de mettre l’équipe dans l’avancée à chaque charge, devra se rendre indispensable. Quelques minutes pour retrouver la lumière. Faire mentir le sélectionneur et bouleverser le nouvel ordre établi…

Vincent Bissonnet
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?