Le FCG prend l’air… et la marée

  • Le FCG prend l’air… et la marée
    Le FCG prend l’air… et la marée
Publié le , mis à jour

Comme l’an passé, le FCG a dit adieu à ses espoirs de qualification pour les barrages dans le dernier tiers du championnat. Et comme l’an passé, c’est au retour d’un stage à la montagne qu’il a commencé à baisser pavillon…

Par Émilie DUDON

Fabrice Landreau en plaisantait au micro de Canal +, quand les caméras de la télévision étaient venues faire un reportage sur le FCG en stage à l’Alpe d’Huez, il y a quinze jours : « Lorsqu’on signe à Grenoble, il faut savoir faire du ski, des sports de glisse et du hockey ! C’est comme quand on signe à Paris : il faut savoir faire du scooter ! » Un trait d’humour du manager grenoblois, que l’on sait affectif avec ses joueurs et attaché à ces moments un peu à part dans une saison : « L’important, c’est de faire une activité un peu décalée, en lâchant prise, en profitant de la montagne, de ses plaisirs : la neige mais aussi ses plaisirs culinaires. Et aussi ses alcools typiquement du coin ! »

Pendant 48 heures, les Grenoblois n’ont pas boudé leur plaisir, comme en témoignait l’arrière Fabien Gegenbacher : « Ici, c’est plutôt la rigolade qui prime, un peu de bonne bouffe et du bon vin. Au niveau du physique, il suffira d’une ou deux séances de physique en fin de semaine pour évacuer tout ça et se reconcentrer sur notre quotidien, à savoir la compétition. »

Huit défaites en neuf matchs l’an dernier

Le problème, c’est que trois jours plus tard, le FCG s’inclinait à domicile contre Castres (12-16). Le début de la fin de ses espoirs de qualification en barrages, définitivement abandonnés le week-end dernier après un nouveau revers à domicile, face à Toulon (24-35). Deux journées plus tôt, le club isérois faisait pourtant encore partie des barragistes potentiels. Ces quelques jours à se « lâcher » étaient-ils opportuns à ce moment de la saison ? On se rappelle que l’an passé aussi, la saison de Grenoble avait basculé après un stage à la montagne (animé une nouvelle fois, puisque certains joueurs avaient été renvoyés à Grenoble en raison de leur comportement). C’était déjà à l’Alpe d’Huez, à la fin janvier. Le FCG se classait alors quatrième du Top 14… Et avait par la suite été plongé dans une descente aux enfers, remportant un seul de ses neuf matchs restants et passant tout près de la relégation lors de la dernière journée de championnat…

La pertinence de tels stages interroge donc. En 2011 déjà, les quelques jours passés en Russie peu avant la demi-finale (perdue) de Pro D2 contre Oyonnax avaient fait parler. Mais Fabrice Landreau persiste et signe : « C’est important pour des pros de sortir de leur quotidien », assurait-il en février à l’occasion d’un autre stage, à Nevers. Gare, toutefois, à la sortie de route.

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?