All Blacks : l’exode sans fin

  • All Blacks : l’exode sans fin
    All Blacks : l’exode sans fin
Publié le , mis à jour

Dix All Blacks en activité, dont Colin Slade, ont d’ores et déjà acté leur départ de Nouvelle-Zélande. Et pas seulement des trentenaires… L’inquiétude grandit autour de la mythique sélection.

Et de dix ! Colin Slade, officiellement engagé pour trois ans avec la Section paloise, est le dixième All Black en activité à prendre la décision de rejoindre l’hémisphère Nord au terme de cette saison. Si les départs des vétérans Dan Carter, Conrad Smith et, dans une moindre mesure, Ma’a Nonu était prévu et accepté par avance, la vague de jeunes exilés est vécue avec dépit et fatalisme dans le pays au long nuage blanc : outre Colin Slade, le grand espoir au poste de pilier Ben Tameifuna (Racing-Metro), l’ailier supersonique Charles Piutau (Ulster), la révélation Waisake Naholo (Clermont), les centres Francis Saili (Leinster) et Franck Halai (Wasps) ou encore l’ouvreur méconnu Tom Taylor (Bayonne) ont décidé de tirer un trait sur une éventuelle ou belle carrière internationale. Un exode sans précédent perçu comme un désaveu et autant de signes d’impuissance. Steve Hansen, le sélectionneur des All Blacks, se prépare d’ores et déjà à des lendemains difficiles : « L’année 2016 va être une des plus dures à vivre pour le rugby néo-zélandais. Pour certains éléments, il était temps de s’en aller ailleurs ou de se retirer (McCaw, Mealamu, Woodcock principalement, N.D.L.R.). Mais nous voyons aussi partir des joueurs que nous ne voulions pas perdre. Et, pour finir, il y en aura quelques-uns de sélectionnés pour les jeux Olympiques. »

Savea, Cane, Crotty : qui sera le prochain ?

La fuite des talents n’est peut-être pas encore achevée : en fin de contrat avec la NZRU, l’ailier Julian Savea, le troisième ligne aile et successeur de Richie McCaw, Sam Cane et le polyvalent trois-quarts Ryan Crotty n’ont toujours pas acté leur décision pour le futur et sont convoités en Europe. « Nous pourrions perdre quinze joueurs des trente et un retenus pour le Mondial, ce qui est considérable », déplore Steve Hansen. Le président du syndicat des joueurs Rob Nichols tire la sonnette d’alarme : « J’ai vu passer quelques-unes des offres et quand les gens les voient, ils disent : « Je ne peux pas y croire. » Nous sommes très éloignés de ces chiffres de notre côté. Il n’est pas possible de rivaliser. Il nous faut continuer à combattre, comme c’est le cas depuis dix ou quinze ans, mais, actuellement, nous encaissons des coups douloureux. » L’incroyable vivier néo-zélandais parviendra-t-il à être épuisé ? La Fédération devra-t-elle assouplir sa politique de sélection ? La pérennité des All Blacks se trouve en tout cas menacée comme jamais.

Vincent Bissonnet
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?