Bezy au carré

  • Bezy au carré
    Bezy au carré
Publié le , mis à jour

Tous les deux formés à Toulouse, Nicolas et Sébastien Bezy évoluent aujourd’hui dans deux clubs différents. Lors de la réception de Brive à Ernest-Wallon, les deux frères ont mis de côté sentiments et famille pour défendre leur équipe respective. Rencontre.

Après une leçon rugbystique comme celle-ci (67-19), la règle voudrait que l’aîné vienne consoler le cadet. Qu’en est-il si le petit frère et les siens ont donné une correction à l’équipe de celui qui l’a vu naître ? Cela donne une accolade au cocktail d’après-match et des félicitations méritées à un Sébastien Bezy exemplaire durant toute la partie. Il semblerait d’ailleurs que le demi de mêlée de 23 ans fasse véritablement son trou au sein de l’équipe haute-garonnaise. Quatre ans plus tôt, Nicolas avait aussi eu l’occasion de jouer dans la cour des grands suite à l’indisponibilité de Byron Kelleher et de Frédérick Michalak en Coupe d’Europe. Malheureusement, après des prestations prometteuses, le demi d’ouverture avait été mis à l’écart après l’arrivée de Luke McAlister et de Lionel Beauxis. Aujourd’hui, il s’épanouit à Brive après avoir lutté contre des blessures récurrentes. Sébastien, lui, semble mieux tirer son épingle du jeu chez les Rouge et Noir. L’immense acclamation des supporters toulousains témoigne de son succès.

« Gagner à Castres est capital »

La déception dans le regard de Nicolas fait contraste avec le sourire satisfait de Sébastien. Tous deux illustrent le bilan de leur équipe avec d’un côté une grande désillusion pour Brive et d’un autre une satisfaction de plus pour Toulouse, en grande forme à la veille des phases finales. « Nous sommes très contents du résultat de ce soir, cela nous a remis dans le coup et nous a confortés dans l’idée que nous sommes capables d’être constants », commente Sébastien sous le regard bienveillant de son grand frère qui ne tient pas le même discours : « On est complètement passé à côté de ce match, on s’était pourtant bien préparé. Nous avions la volonté d’aller décrocher le bonus défensif pour se protéger et confirmer notre maintien. Au lieu de cela, nous avons été indisciplinés et les deux cartons jaunes ont fini de nous achever. Aller gagner à Castres la semaine prochaine est capital, sinon nous sommes en danger. » F. C.

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?