Décès de Jonah Lomu : 40 ans de légende

  • Décès de Jonah Lomu : 40 ans de légende
    Décès de Jonah Lomu : 40 ans de légende
Publié le , mis à jour

Première star médiatisée du rugby à XV, le All Black Jonah Lomu est décédé cette nuit, souffrant depuis des années d'une grave insuffisance rénale. Il avait fêté ses 40 ans lle 12 mai 2015 son 40e anniversaire. Retour en images et en quelques dates sur son incroyable carrière.

Icône du rugby moderne, l’ailier Néo-zélandais avait arrêté sa carrière en 2011, mais ses exploits restent dans l’esprit des passionnés de rugby. Il est décédé cette nuit, en Nouvelle-Zélande, des suites d'une grave insuffisance rénale dont il souffrait depuis 1995. Cet ailier au physique impressionnant n'était pas le joueur le plus titré du rugby néo-zélandais. Mais il restera à jamais comme celui qui a fait basculer notre sport dans une autre dimension médiatique. Il fut le premier, après ses exploits à la Coupe du monde sud-africaine de 1995 à être porté au rang de star.

Fils de parents tonguiens ayant fui les essais nucléaires français dans le Pacifique, Jonah Lomu grandit dans un des quartiers les plus pauvres de la capitale néo-zélandaise. Pour soustraire son fils des mauvaises fréquentations, son père, Happy Lomu l’envoie en pension dans un collège huppé d’Auckland. Il se dévoilera bon élève et rencontrera le rugby à l’âge de 14 ans. Il joue alors surtout au rugby à XIII. En 1994, alors qu’il s’apprête à signer pour les treizistes des Auckland Warriors, le sélectionneur du XV le convoque pour ce qui sera ses deux premiers matchs avec les All Blacks. Il devient alors, contre la France, le plus jeune joueur à endosser le maillot noir à 19 ans et 45 jours.

Grave maladie rénale

C’est l’année suivante qu’il se révèle au monde entier en écrasant de son talent la Coupe du monde en Afrique du Sud. Il marque 7 essais en 5 matchs mais perd la compétition en finale contre le pays hôte. Atteint d’une grave maladie rénale, la suite de sa carrière sera inscrite en pointillé entre blessures, méformes et tentatives de come-back plus ou moins réussies. Après quelques coups d’éclats avec l’équipe nationale et une transplantation du rein, il mettra définitivement un terme à sa carrière en 2009. Mais six ans plus tard, il garde une place à part dans le cœur des passionnés du ballon ovale. P. I-R. et V. G.

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?