Saint-Pierre-de-Rivière : tout le bonheur du monde

  • Saint-Pierre-de-Rivière : tout le bonheur du monde
    Saint-Pierre-de-Rivière : tout le bonheur du monde
Publié le , mis à jour

L’AS La Barguillère a été sacrée championne de Quatrième Série. Un titre que les Ariégeois attendaient depuis trente-sept ans. Une véritable résurrection.

Le 26 avril sur les installations du complexe sportif de Bruguières, l’AS la Barguillère a décroché le très prisé bouclier régional de Deuxième Série en prenant le meilleur sur les Aveyronnais de Villefranche-de-Rouergue (19-15). Ce jour-là, l’ASB a pris un véritable coup de jeune et fait un bond de trente-sept ans en arrière. En effet, lors de l’année 1978, sur la pelouse du stade Jean-Castet de Montesquieu-Volvestre, la phalange verte et blanche terrassait les Toulousains du Racing club toulousain (15-9) grâce à la botte fructueuse du duo : Gérard Portet, Alain Parlanti et devenait ainsi championne des Pyrénées de dans ce même niveau de compétition. La classe «1978» avait (enfin) trouvé ses dignes successeurs.

L’effet Rumeau-Sentenac-Vergé

A l’origine, la pratique du ballon ovale dans cette vallée de l’Ariège a été paraphée en 1973 grâce à une bande de joyeux drilles dont la majorité a été formée à l’école fuxéenne. Après un double sacre régional en 1976 (Quatrième Série), 1978 (Deuxième Série), une participation à la demi-finale du championnat de France 1976, la promotion en Honneur au début des années 80, ce club qui respire à pleins poumons les vertus du rugby rural et amateur au sens noble du terme, a failli disparaitre des écrans radars. « Au terme de la saison 2009, nous sortions d’une saison catastrophique sur le plan sportif, nous étions relégués en Troisième Série. à l’Assemblée générale, il ne restait plus que douze joueurs. Nous pouvions aussi bien nous mettre en sommeil, mais nous avons essayé de trouver des solutions», se souvient l’actuel président Jean-Jacques Sentenac. Deux anciens serviteurs, Michel Sentenac et Didier Rumeau, qui professaient chez le voisin fuxéen, ont fait le choix de venir à la rescousse de leur chère ASB.

Dans leurs bagages, il y avait un contingent de jeunes joueurs passés par la formation de la cité comtale. Après une saison de transition, le club a fini par retrouver la Deuxième Série. « Nous avons réussi à reconstruire un groupe, confie Didier Rumeau. Nous avons même créé une équipe réserve. Les joueurs ont adhéré à notre discours. Les résultats sont venus petit à petit. Les nouvelles recrues ont trouvé un parfait équilibre entre festif et sportif. Ici, il n’y a jamais eu la moindre prime, le moindre euro ou franc trébuchants. Le joueur qui signe à l’ASB vient pour l’ambiance et une certaine idée du rugby. »

à l’intersaison, le staff s’est enrichi de la présence de Benoît Vergé, véritable technicien du jeu d’avants. Dans la quête de ce bouclier, son expérience a été primordiale puisque lors de la finale à Bruguières, c’est la mainmise du pack ariégeois qui a fait la différence et plongé tout le village de Saint-Pierre-de-Rivière dans un immense bonheur. Pour le prochain exercice, l’ASB évoluera en Première Série. Et pour la petite histoire, elle va normalement se mesurer à son prestigieux voisin de l’US Foix. Qui l’aurait parié il y a trente-sept ans ?

Didier Navarre
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?