Romain Longépée, à la source du temps

  • Romain Longépée, à la source du temps
    Romain Longépée, à la source du temps
Publié le , mis à jour

Formé à Aix-en-Provence, Romain Longépée est parti faire ses armes trois ans à l’Usap avant de retrouver son club de cœur.

Romain Longépée, troisième ligne du Pays d’Aix Rugby, est arrivé dans le club pour ses 17 ans. Il est ce que l’on appelle de manière familière « un bon cru ». Formé à Aix depuis sa deuxième année Crabos, il a pourtant pris la décision de partir à Perpignan pendant trois saisons pour connaître un autre rugby, un autre fonctionnement au sein d’un nouveau club, et pour se rendre compte finalement, que son club de cœur se trouvait en réalité sur ses terres natales. « Là-bas j’ai appris, c’est sûr. Mais je n’avais pas ma place, surtout quand mes blessures ont commencé à devenir régulières. Je n’existais plus rugbystiquement là-bas. Et Lucien Simon m’a rappelé. » La reconnaissance est là. Lucien Simon, président de l’association du club d’Aix est un homme de parole paraît-il. « Je suis parti à l’Usap et pourtant il m’a redonné ma chance en Pro D2. C’est grâce à lui que j’en suis là aujourd’hui, je lui dois beaucoup », reconnaît l’Aixois. Dans ses contrées méditerranéennes, Romain Longépée a retrouvé le confort de vie qui lui était si cher, en plus d’un club qui correspond à ses moindres attentes. « Ici je suis dans ma région, avec ma famille, c’est mon terrain de jeu. Je joue dans un club qui a des ambitions et j’avance tous les jours un peu plus, c’est une satisfaction. »

L’heure du changement

Pourtant, le club que Romain a connu à ses débuts à bien changé. D’une part, la renommée du club est tout autre, mais les structures attribuées au club aixois, font de ce dernier un titan sur le plan financier. Pour l’illustrer, Romain Longépée nous fait part de son ressenti : « J’ai du mal à reconnaître le PARC aujourd’hui. La transformation est colossale ! Il y a eu de nombreux changements, c’est un fait. Mais nous n’avons acquis que du positif. » Ce positif dont parle avec reconnaissance le 3e ligne aixois, vient en réalité d’un soutien financier de taille dont Romain Longépée prend en compte les atouts qu’il apporte au club. « Nous avons pu acquérir beaucoup de rigueur grâce à Voyages Privés et on se rend compte que grâce à eux, les choses vont dans les deux sens : ils tentent de nous donner toujours plus pour que nous ayons les moyens de faire mieux. » une aide financière à considérer pour mieux comprendre le projet actuel du PARC : actuellement en Fédérale 1, Lucien Simon ainsi que les deux présidents adjoints Denis Philippon et Christophe Serda, n’ont de cesse de faire progresser le club jusqu’en Pro D2. Aujourd’hui aux portes du monde professionnel, Romain Longépée se souvient pourtant des difficultés engendrées jusque là : « L’an dernier ça a été très dur sportivement et moralement. Ce n’est jamais facile de subir une descente après avoir connu la Pro D2. » Pour autant, il se souvient également de ce que cela lui a apporté sur le plan technique, « les années Pro D2 m’ont imposé une méthode d’entraînement qui te tire sans cesse vers le haut. J’ai progressé grâce au niveau professionnel, j’en suis conscient. Maintenant je ne veux plus reculer. » Le message passé est clair. Ici, l’ambition de connaître à nouveau la Pro D2 semble commune à toutes les entités du club. Néanmoins, Romain Longépée reste lucide : « il ne reste plus que quelques mètres avant la ligne d’arrivée. Mais rien n’est acquis : c’est ce qui est aussi bon pour le joueur ». Cette lucidité, le 3e ligne la garde aussi quant à son rôle à son poste : « Au vu des moyens financiers du club, nous avons pour ainsi dire, tous des contrats professionnels. Je suis au club depuis mes débuts, certes, mais en face de moi, j’ai des joueurs étrangers qui jouent tous les jours leur place dans l’effectif, et c’est à moi de me battre pour montrer que j’ai aussi les moyens d’avoir cette place. Cette concurrence nous fait tous avancer jour après jour ». Dans son club de cœur, Romain Longépée semble avoir trouver une double satisfaction : jouer de sa passion tout en restant auprès de ses proches. Ce n’est décidément pas une légende : les bons crus sont des bons vins...

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?