Bobigny : Rose à la place de Martos ?

  • Bobigny : Rose à la place de Martos ?
    Bobigny : Rose à la place de Martos ?
Publié le / Mis à jour le

L’entraîneur Carlos Dorval Martos a décidé de quitter Bobigny pour revenir au Racing-Metro. Dominique Rose pourrait lui succéder. Réponse le 18 mai.

L’équipe de Bobigny changera d’entraîneur la saison prochaine. Carlos Dorval Martos et l’entraîneur des trois-quarts Alain Jamain ont décidé de ne pas poursuivre leur travail. Le second pour monter un projet personnel, le premier pour retourner au Racing-Metro, où son poste n’y a pas encore été défini. Carlos Dorval Martos pourrait retourner auprès de l’école de rugby ou bien s’occuper des cadets. Tous les deux ne seront donc restés qu’une seule saison à Bobigny, une saison difficile, mal partie, mais achevée par un maintien en Fédérale 1 héroïque, obtenu grâce à deux dernières victoires bonifiées. « Cette fin de ce parcours nous incitait plutôt à rester, a commenté Dorval Martos. Et il est difficile de quitter un club comme Bobigny. Le nombre de messages de félicitations que nous avons reçu après ce maintien, c’est inimaginable. Mais j’avais besoin de davantage de temps libre, ce qui est peu compatible avec la Fédérale 1. Je vais donc retourner compléter mon apprentissage auprès des plus jeunes, ce qui est toujours très enrichissant. »

Qui pour les remplacer ? Aucune solution n’a encore été trouvée officiellement mais les dirigeants balbyniens ont proposé le poste à un vieux routier des divisions fédérales : Dominique Rose, l’ancien entraîneur du Racing, de Domont et Suresnes, qui sort d’une année tronquée à Maisons-Laffitte-Saint-Germain-Poissy en Fédérale 2, marqué par les déboires financiers du club des Yvelines.

Avec Compan et Colléaux

« Pour remplacer Carlos, nous cherchions quelqu’un qui corresponde à l’esprit de notre club, a expliqué le président Alain Chamois. Bobigny, c’est l’exigence du haut niveau amateur dans un esprit de famille indéfectible. Dominique est un candidat idéal. » L’intéressé doit donner sa réponse aujourd’hui. Pour le compléter, les dirigeants se sont tournés vers l’un de leurs anciens joueurs, qui porte leur ADN : Alex Compan. Il entraîne les jeunes au Racing cette saison et jouait hier un quart de finale. Il doit aussi donner sa réponse en ce début de semaine. Une certitude tout de même dans ce nouvel organigramme en construction : le troisième ligne Jildas Colléaux, contraint de mettre un terme à sa carrière en raison de pépins physiques, a été promu manager sportif. « C’est une très grande nouvelle », a commenté Dorval Martos, qui avait proposé cette solution avant son départ. « Jildas est la personne idéale. Son implication fera beaucoup de bien. »

Jildas Colléaux (34 ans) était l’une des figures de cette équipe. Ce troisième ligne y jouait depuis plus de dix ans. Il a tout connu, les années fastes et les dernières, moins bonnes, toutes marquées par des maintiens acrobatiques. Il connaît bien les rouages de la Fédérale 1. Sa nomination, avant celle des nouveaux entraîneurs, à un poste qui n’existait pas encore vraiment dans le club, est le premier indice d’une évolution nécessaire au maintien de Bobigny. « Le championnat se resserre sans cesse, a admis Alain Chamois. Nous ferons l’année prochaine notre treizième saison en Fédérale 1 et nous mettons tout en place pour en faire une supplémentaire. Les joueurs nous ont fait part de quelques demandes, comme celle de commencer la préparation plus tôt, et de partir en stage. Nous allons tout faire pour les mettre dans les meilleures conditions, en construisant un budget équivalent à celui de cette saison, aux alentours de 1,3 million d’euros. Cela doit nous permettre de garder tout notre effectif, et de l’augmenter des quelques joueurs. » à ce jour, seuls quatre joueurs sont officiellement partants : Jildas Colléaux, Louis Barbary, parti à Barcelone, Laurent Lavergne, qui a déménagé à Bordeaux, et le demi de mêlée Rubio, recruté par Narbonne en Pro D2. G. C.

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir