Bourg-en-Bresse : attendu au tournant

  • Bourg-en-Bresse : attendu au tournant
    Bourg-en-Bresse : attendu au tournant
Publié le / Mis à jour le

Un an après sa relégation, l’USB, rapidement éliminée en phase finale, a changé de président mais aussi d’orientation sportive, pour retrouver au plus vite le niveau pro.

C’est bien connu, l’important, ce n’est pas la chute mais le rebond. À Bourg-en-Bresse, cette saison, il a été capricieux. Reléguée de Pro D2, l’US bressane a connu un exercice mitigé. Malgré un budget important (3,8 millions d’euros), elle a terminé quatrième de sa poule avant de sortir sans gloire au premier tour, touché et coulé à domicile contre Vannes au match aller (24-47) sur un score fleuve rarement vu à ce niveau au stade Marcel-Verchère. En dehors du terrain non plus, la vie n’a pas été un long fleuve tranquille. Au lendemain de l’élimination, le président Christophe Niogret a démissionné, comme il l’avait annoncé début mars. Arrivé en 2009, il avait été mis en minorité au début de l’année par le conseil d’administration. Il a été remplacé par Jean-Pierre Humbert, arrivé comme dirigeant au club en juin 2014. « Il y a plusieurs raisons, explique le nouveau président. Il y a les résultats sportifs décevants, puisque les objectifs n’ont pas été atteints, mais aussi les mauvais choix dans le recrutement et une stratégie financière risquée. »

Depuis le 27 avril, le maire de Villette-sur-Ain et ancien président du conseil d’administration du Creps de Voiron, est donc à pied d’œuvre. « On m’a proposé de reprendre la présidence, aux côtés du vice-président, Jacques Page, poursuit le dirigeant. Nous tentons de former la meilleure équipe possible pour la saison prochaine avec des contraintes financières strictes. Nous allons prendre des décisions collectives. L’objectif est de construire l’avenir du club en solidifiant ses bases. »

Les Berjalliens Louchard et Moinot ont signé

Après deux expériences ratées en Pro D2, en 2008-2009 et en2013-2014, l’US bressane souhaite y retourner dans les deux ans et y rester cette fois. Pour y parvenir, les dirigeants annoncent se recentrer sur des joueurs locaux. Les mauvaises expériences passées ne doivent pas être reproduites. « L’objectif est de recruter des joueurs locaux qui se fondent dans le moule du club, précise Jean-Pierre Humbert. La saison prochaine, l’objectif sera d’abord de finir dans les deux premiers au niveau national avant les phases finales. Nous souhaitons avoir un groupe composé de trente joueurs professionnels du niveau Pro D2, ou qui sont en voie de l’atteindre, et de sept jeunes. »

Barrés à Bourgoin où ils ne seront pas reconduits, le deuxième ligne Albin Louchard et l’arrière Maël Moinot devraient retrouver leur ancien manager, Laurent Mignot, arrivé cet automne, et être la première touche régionale attendue. L’ancien Berjallien continuera sa mission aux côtés des entraîneurs, Franck Maréchal et Yoann Boulanger. Dix arrivées et autant de départs sont prévus.

Le staff devra rebondir la saison prochaine avec un budget en baisse de 15 % et la concurrence du club de football, Bourg-Péronnas, en bonne position pour accéder en Ligue 2. Les deux clubs pourraient alors se partager le stade Verchère avec tous les problèmes que cela peut poser… « En Angleterre, footballeurs et rugbymen arrivent à le faire, pourquoi n’y arriverait-on pas ? », interroge Laurent Mignot. S. F.

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir