Les Crusaders en grand danger

  • Les Crusaders en grand danger
    Les Crusaders en grand danger
Publié le , mis à jour

Si le championnat s’arrêtait-là, les Crusaders ne seraient pas qualifiés. Ce serait un drôle de camouflet pour Dan Carter et Richie McCaw.

Neuvièmes au classement général, quatrièmes à la conférence néo-zélandaise : les Crusaders ont déjà perdu six matchs dont trois à domicile (Rebels, Highlanders, Chiefs). Si le championnat s’arrêtait là, ils ne se qualifieraient pas pour la phase finale, ce qui ne leur est arrivé que deux fois depuis leur naissance (1996 et 2001). Qu’est-il arrivé à la mythique franchise de Christchurch, meilleure pourvoyeuse des All Blacks ? D’abord remarquons qu’elle n’a plus été sacrée depuis 2008, signe de l’existence d’un cycle, même si elle a joué à l’extérieur les finales 2011 et 2014. Mais si on doit se focaliser sur cette saison, on doit admettre que les deux seigneurs de l’équipe, Daniel Carter et Richie McCaw, n’ont pas pu exercer toute leur influence. Le premier a été blessé certes, mais on a senti les deux hommes un peu poussifs à chacune de leurs sorties. Mais les symptômes sont à la hausse depuis quinze jours.

Ils comptent trop sur Nadolo

Owen Francks et Israel Dagg n’ont pas non plus donné le meilleur d’eux-mêmes et malgré leur capacité à sortir de nouveaux talents, cette équipe a du mal à rester contente sans ses figures de proue. Les observateurs néo-zélandais ont disséqué leur jeu et ils se sont rendu compte que leur jeu offensif était devenu latéral et confus. Aucune autre équipe ne se fait autant de passes en Super 15 mais c’est justement là le problème. Trop de joueurs se débarrassent de la balle et personne ne prend la responsabilité de faire des choix et d’aller de l’avant. Les meilleures défenses peuvent s’adapter et « coincer » les attaquants le long des lignes. En fait, on a l’impression que cette équipe se dit que si elle donne le ballon au phénomène Nemani Nadolo, ça finira par passer. Oui, l’ancien joueur de Bourgoin et d’Exeter et ses 125 kg est en tête des marqueurs et il est « inarrêtable » quand il a de l’espace. Mais cette équipe ne travaille pas assez dur pour lui offrir ces fameux espaces. Trop souvent, il reçoit six défenseurs en même temps que le ballon.

Il est difficile de ne pas penser que ceux qui sont sûrs d’être All Blacks et de jouer la Coupe du monde ne font pas les efforts nécessaires (McCaw, Carter Read, Whitelock, Franks).

Mais l’honnêteté oblige à dire qu’on sent une amélioration depuis quinze jours. La dernière victoire contre les Reds (58-17) semble le prouver. L’association Colin Slade (ouvreur, futur Palois) et Dan Carter (centre, futur Racingman) a très bien fonctionné. « Nous pouvons encore accrocher les phases finales. Nous avons une équipe capable de le faire. » Il reste quatre matchs, dont trois à l’extérieur et le prochain sur le terrain des Waratahs, dans une revanche de la dernière finale.

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?