Arras : et maintenant, ils déclarent forfait !

  • Arras : et maintenant, ils déclarent forfait !
    Arras : et maintenant, ils déclarent forfait !
Publié le / Mis à jour le

Démission du président, départ de l’entraîneur à la fin de la saison, et forfait à Strasbourg : le club d’Arras traverse une fin de saison épique.

Telle une équipe de Série régionale en mal de joueurs et de motivation, le RC Arras ne se déplacera pas à Strasbourg dimanche 29 mars pour honorer son dernier déplacement de la saison de Fédérale 2. Pour une équipe de milieu de tableau, historiquement implanté dans la division, cette défection interpelle. Malgré la mauvaise publicité d’une telle décision, les dirigeants ont tiré un trait sur ce match par souci d’économie, alors que l’équipe se trouve affaiblie par de nombreuses blessures. « On ne voit pas trop l’intérêt de dépenser de l’argent pour aller prendre une volée », a confirmé Rejean Eudeline, le manager sportif. Cet incident tient lieu d’épilogue d’une saison décidément très agitée dans les coulisses de ce club qui fut la locomotive du Nord. Il y a quinze jours, le président Olivier Bétourné surprenait tout le monde en annonçant sa démission immédiate, trois mois avant l’assemblée générale élective. « C’est un ras-le-bol général, a expliqué en début de semaine cet ancien lutteur, quatre fois champion de France en son temps, partenaire d’Arras en tant que chef d’entreprise, qui fut poussé à la présidence en 2013. Je savais où je mettais les pieds mais les luttes d’ego de certaines personnes qui s’investissent peu ont fini par me lasser. » Son retrait est d’autant plus surprenant que les démissions de Fabien Dubois au mois d’octobre, et de Pierre Pradel au mois de janvier, deux personnalités avec lesquelles les « luttes d’ego » semblaient s’exercer, lui avaient donné une plus grande liberté. En outre, il venait de passer l’obstacle du sauvetage du club d’une débâcle financière.

À la croisée des chemins

Au mois de décembre, le RC Arras avait connu un passage difficile devant les gendarmes financiers de la DNACG. Olivier Bétourné et son équipe avaient été contraints de prendre des mesures drastiques pour combler un trou de 100 000 €, creusé entre le budget prévisionnel et les ressources réelles. Décision avait été prise de ne plus payer les joueurs. Un peu plus de trois mois après cette séquence, la situation a donc viré à la débandade : le président a tiré sa révérence, et l’équipe ne se déplace plus. Ce qui n’est pas le signe d’une débâcle, selon les dirigeants. « Les finances du club sont désormais à l’équilibre, affirmait Olivier Bétourné en début de semaine dernière, alors qu’il ignorait la décision du forfait. Nous avons économisé 77 000 € avec toutes nos mesures, et sommes parvenus à convaincre certains soutiens de nous aider. » « Nous n’aurons aucun problème pour assurer la saison prochaine, a ajouté Rejean Eudeline. Nous allons simplement réévaluer à la baisse notre budget de fonctionnement, et nous pourrons le tenir. » Le RC Arras, qui aurait dû fonctionner avec 700 000 € cette saison, disposerait d’un peu moins de 500 000 € la saison prochaine. Ce qui permettrait d’absorber la baisse des subventions municipales et régionales. Les conséquences sur l’équipe de Fédérale 2 ? L’entraîneur Alexi Konieczny n’en sera pas, lui qui officiait depuis huit ans. Il a décidé de se recentrer sur une nouvelle mission professionnelle au sein de la mairie arrageoise. Son remplaçant devrait être pioché en interne. « On donnera son nom avant la fin du mois de mars », dit Eudeline. Celui de Raphaël Bonicel pourrait convenir. Le talentueux ouvreur, arrivé Arras en 2003, a fêté ses 34 ans. « Je ne sais pas encore si je jouerai ou pas la saison prochaine, a-t-il éludé, en déclarant tout de même qu’il n’occuperait pas une double fonction de joueur et d’entraîneur. Mais une chose est certaine : les joueurs ont besoin de connaître rapidement de quoi sera faite la saison prochaine, pour évaluer leur avenir. » Arras est à la croisée des chemins. G. C.

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir