Qui sont vraiment nos arbitres ?

  • Qui sont vraiment nos arbitres ?
    Qui sont vraiment nos arbitres ?
Publié le , mis à jour

Être arbitre de nos jours, n’est pas une fonction de tout repos. Entre les critiques véhémentes des joueurs, des entraîneurs ou des présidents, les sifflets du public et les erreurs de plus en plus ciblées à la télévision, la pression n'a jamais été aussi forte sur les épaules des hommes en noir. Ces critiques sont-elles vraiment justifiées sur des hommes aux parcours divers dont les meilleurs font référence à l'international. Décryptage.

L’arbitre est le garant de l’esprit du jeu, en appliquant les règles de ce sport. Dans l’Hexagone, ils sont environ 2500 à jouer ce rôle sur tous les terrains, dont une trentaine au plus haut niveau. Cette élite arbitre en Top 14 et en Pro D2, les deux championnats professionnels français. La récompense d’un progression partie de matchs arbitrés en séries et chez les jeunes. Mais surtout et ce quelque soit la division, la responsabilité de subir les critiques, notamment avec la place toujours plus importante de la vidéo. Ainsi, certains référés ont été vertement pris à partie par des acteurs du monde du rugby. On pense bien sûr à la fameuse «sodomie arbitrale» de Mourad Boudjellal, aux propos de Bernard Laporte ou encore à Laurent Labit. Des propos sanctionnés par la Ligue Nationale de Rugby mais qui démontrent bien le besoin d’un travail de fond, pour faire encore mieux respecter l’arbitre. «Ces propos rejettent la faute sur l’arbitre mais ces personnes oublient que leur défaite est souvent la faute d’actions mal réalisées par leurs joueurs. Ce n’est pas l’arbitre qui manque un trois contre un ou des pénalités» confie Adrien Descottes, arbitre évoluant en Top 14 et en Pro D2.

Le prix du sacrifice

Dans l’esprit du grand public, l’homme en noir n’est d’ailleurs «bon que pour être payé». Mais ces rémunérations et notamment à haut niveau, sont surtout le fruit d’une carrière et d’exigeances importantes. Car certes les arbitres choisissent d’exercer dans cette fonction mais ils prennent sur leur temps libre pour la plupart et viennent à leurs frais au stade. Avec le prix de l’essence qui augmente et des déplacements illimités en kilomètres, pas étonnant que arbitrer soit rentable. Seulement, l’arbitrage est ainsi un moyen pour ces passionnés de rugby, de continuer à pratiquer leur passion. Car si sur le terrain, les joueurs sont les principaux acteurs du point de vue des spectateurs, les arbitres sont tout aussi importants. Sans eux, les matchs ne seraient pas le spectacle auquel on assiste chaque week-end.

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?