Albi : un titre qui redore le blason

  • Albi : un titre qui redore le blason
    Albi : un titre qui redore le blason
Publié le , mis à jour

Dimanche, Albi Rugby League a renoué avec son passé. Le club de la Préfecture a décroché le titre national d’élite 2 aux dépens de son voisin de Lescure (21-14). Un titre qui redore le blason de ce club pionnier et historique du mouvement treiziste.

Après Villeneuve, le premier club officialisé en France, Albi est le deuxième avoir rejoint la ligue treiziste en 1934 sous la conduite de deux figures emblématiques locales : Maurice Metge et Simon Bomput, deux dirigeants qui ont parfaitement structuré le club à ses débuts.

En 1938, le Racing club albigeois décroche au stade de Suzon à Bordeaux, son premier titre de champion de France face à Villeneuve -sur-Lot (8-5) sous la direction d’un directeur de jeu d’outre- Manche : Peter Owell.

Cette belle embellie fut stoppée net par le diktat de Vichy qui interdit la pratique treiziste de 1941 à 1945. Malgré l’interdit vichyssois, le Racing a refait surface dans la décennie 50 en remportant à deux reprises le championnat de France aux dépens de Carcassonne (13-5) en 1956 et 1958 face à Villeneuve-sur-Lot (8-6). La réussite albigeoise, c’est aussi la prouesse d’un homme, René Mauriès, concessionnaire à Albi, président emblématique du club dans les années 60 et 70 et président de la Fédération de 1971 à 1981. Sous l’autorité de Réné Mauriès, le club connaît des heures fastes avec un nouveau titre national acquis en 1962 face à Villeneuve (12 -7) puis en 1977 face à Carcassonne (19-12). En 1974, le Racing s’octroie son unique Coupe de France face à Lézignan (21-11). C’est l’époque de Joe Chamberlain, des frères Laskaviec, Michel Moussard (l’ancien deuxième-ligne du Stade toulousain).

Le chant du cygne

Après ce sacre de 1977, ce fut un peu le chant du cygne. Le Racing est parvenu à se maintenir dans l’élite, mais n’est plus jamais parvenu à rivaliser avec le gratin de l’époque, celui du XIII catalan, Villeneuve, le Pontet. En 1991, il s’octroie le titre de champion de France du groupe B face à Lézignan (23-12). Une prouesse qui fut sans lendemain, malgré une place en finale de la Coupe de France en 2008 perdue face à Limoux (14-17). Cette finale, le club en paya un lourd tribut. En difficultés financières, mis en liquidation judiciaire, il troqua son appellation de Racing club albigeois pour Albi Rugby League.

Grâce au dynamisme de son école de rugby, du talent de ses éducateurs, le club a pu honnêtement tenir sa place au sein du deuxième niveau national. En 2012, l’arrivée duo Eric Collado, Eric Anselme a redonné du volume et de l’épaisseur à Albi Rugby League. La saison écoulée, le ARL s’est incliné d’un souffle en finale face à Baho (12-18).

2015 restera à jamais celle du renouveau albigeois. À Montpellier, les Albigeois ont renoué avec un glorieux passé en décrochant le titre d’Élite 2 aux dépens de son voisin de Lescure (21-14).

Un titre qui autorise ce club historique à postuler pour la montée en élite la saison prochaine. Une promotion qui va être normalement validé par la Fédération lors du prochain congrès fédéral de Perpignan, le 13 juin prochain.

Jérôme Prévot
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?