Jenneker, des étoiles plein les crampons

  • Jenneker, des étoiles plein les crampons
    Jenneker, des étoiles plein les crampons
Publié le , mis à jour

À 34 ans, Jody Jenneker semble se bonifier avec le temps. Le talonneur d’Oyonnax obtient la troisième place du classement des étoiles Midi Olympique avec un total de 30, devancé par le Lyonnais Smith et le Rochelais Gourdon.

Si Oyonnax a réussi à obtenir in extremis sa place en quart de finale de Top 14 à la sixième place, elle le doit en grande partie à son talonneur Sud-Africain Jody Jenneker. Arrivé en 2012 dans l’Ain, en provenance de Lyon, où il n’avait pas obtenu un temps de jeu satisfaisant, « Big Joe » est aujourd’hui l’une des pièces maîtresses de l’USO, au même titre que des joueurs comme Benjamin Urdapilleta ou Roimata Hansell-Pune. Le talonneur a disputé l’ensemble des matchs de Top 14 de son équipe. Les seules fois où il n’était pas été titulaire, il était sur le banc de touche. Sur cette période, il a réussi à obtenir un total de 30 étoiles Midi Olympique, soit un peu plus d’une par match disputé ! Le sens du devoir du joueur passé par les Sharks avait d’ailleurs déjà été récompensé avant même cette saison d’exception, par une convocation de Bernard Laporte dans le groupe des Barbarians français.

Un défenseur hors-norme

Troisième de ce classement, derrière George Smith et Kévin Gourdon, et meilleur talonneur du championnat de France, ce monstre de régularité était encore là lors de la déroute de son équipe samedi dernier à Mayol (46-17) pour sauver l’honneur. Rentré en jeu à la 64e minute, il ne lui aura fallu que six minutes pour inscrire son deuxième essai de la saison, et récolter par la même occasion une nouvelle étoile Midi Olympique. Mais au cours de cette saison record pour son club, c’est surtout son impact défensif qui l’a mis en lumière. Troisième meilleur plaqueur de son équipe avec 156 « tampons », performance remarquable pour un talonneur, le Sud-Africain a fait l’étalage de son sens du sacrifice sur les différentes pelouses de France pour permettre à Oyonnax de décrocher, pour la première fois de son histoire, les phases finales de Top 14. Avec 89 % de plaquages réussis, il a permis à son équipe de devenir la quatrième meilleure défense de l’Élite. Nul doute que les Oyomen auront encore besoin de l’abnégation de son talonneur vedette lors de son quart de finale face à Toulouse le week-end prochain. V. M.

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?