Ils tirent leur révérence

  • Ils tirent leur révérence
    Ils tirent leur révérence
Publié le , mis à jour

Cette année, plusieurs grands joueurs quittent le terrain : Bakkies Botha, Carl Hayman, Lionel Nallet, Ali Williams, Pierre Rabadan et Jérôme Fillol. Revenons sur le parcours de ces grands joueurs emblématiques qui ont marqué l’Ovalie en France.

Bakkies Botha

Sa réputation n'était pas à faire. Pourtant, John Philip Botha s’est très vite démarqué par son approche du jeu très directe, axée sur le défi physique et finalement très frustre. Joueur redoutable et puissant, son agressivité sur la pelouse lui a valu quelques soucis de discipline... En 2010, il avait été suspendu pendant neuf semaines pour un coup de tête infligé au demi de mêlée néo-zélandais Jimmy Cowan. Féroce dans les rucks et brutal dans les plaquages, il a su imposer son identité dans la légende du monde rugbystique : son surnom « Bakkies » est dû à ses jambes arquées (« bakked » en argot). Ayant remporté la Coupe du monde en 2007, il est aujourd’hui considéré comme le deuxième ligne le plus puissant de la planète. Avant d’arriver au RC Toulon en 2011, il a évolué avec les Falcons pour la saison 2000-2001 et avec les Blue Bulls de 2001 à 2011. Son arrivée a décomplexé le pack toulonnais. À 35 ans, le joueur originaire d’Afrique du Sud souhaite retourner en terre natale pour s’occuper de sa ferme avec sa femme et ses enfants.

Carl Hayman

Après avoir joué avec les Highlanders (1999-2007) et les Newcastle Falcons (2007-2010), Hayman a rejoint le RC Toulon en 2010. Hélas, le Néo-Zélandais de 35 ans, élu le meilleur pilier droit et ayant joué 45 fois avec les Blacks, n’avait pu concourir pour la Coupe du monde 2011. En effet, la règle de la Fédération n’autorise pas les joueurs non concourant au championnat de Nouvell- Zélande à se présenter pour le Mondial. On se souvient notamment du capitaine toulonnais lors de la finale du Challenge européen où il écopa d’un carton jaune et d’une suspension de quatre semaines pour avoir effectué un plaquage cathédrale, très dangereux en raison des risques de commotion cérébrale importants. Cette incartade le privera de jouer le championnat de France face à Toulouse.

Lionel Nallet

Lionel Nallet fut formé à Bourg-en-Bresse dans les années 90 avant de jouer pour la première fois à Bourgoin-Jallieu avec son compèreSébastien Chabal en 1998 (il acquit sa cape internationale deux ans après ses débuts au club et par la même occasion reçu le titre de champion du monde universitaire). Ce duo se retrouvera au Racing-Metro dix ans plus tard après que le deuxième ligne Bressan ait fait un détour par le Castres olympique entre 2003 et 2009. Enfin, il signe au Lou en 2012.

Son palmarès est d’ailleurs à la hauteur de son nom : finaliste (1999) et quart de finaliste (2007) du Challenge européen, finaliste de la Coupe de France 1999, vainqueur du Bouclier européen en 2003, vainqueur de la Coupe de la ligue 2003 et vainqueur du championnat de France de Pro D2 en 2014. En équipe nationale, il a remporté le Tournoi des 6 Nations en 2006, 2007 et 2010. Aujourd’hui, le joueur de 38 ans se plaint de douleurs au réveil et craint de ne plus pouvoir continuer les entraînements qu’il juge physiquement difficiles.

Ali Williams

Alexander James Williams, appelé « Ali » dans le milieu, a commencé sa carrière de deuxième ligne au club des Blues en 2002 puis est parti aux Crusaders en 2007 avant de repartir dans son club de formation en 2008. C’est en 2013 qu’il arrive au RC Toulon et se distingue par son adresse ballon en main, ses incroyables sauts en touche mais surtout sa rapidité de course. En effet, il avait inscrit son premier essai avec les Auckland Blues après un sprint de trente mètres. Il avait créé le buzz sur internet à la suite de sa blessure à la mâchoire lors du second test match de la Nouvelle-Zélande contre la France en 2007 en organisant un concours de la meilleure soupe. Les internautes devaient lui envoyer des recettes par mail, la meilleure étant récompensée par un ballon des All Blacks dédicacé par l’ensemble de l’équipe. Une opération, en juillet 2009, à un talon d’Achille l’éloignera du terrain pendant six mois et c’est finalement en 2011 qu’il fait son retour s’étant blessé entre temps. Nous nous souviendrons de son tempérament bouillant, de son offensive et de son expérience.

Pierre Rabadan

Pierre Rabadan, joueur phare de rugby à VII et à XV comme troisième ligne centre et grand passionné de poker, a tout d’abord joué au Pays d’Aix à ses débuts avant d’aller au Stade français en 1998. À 35 ans, le joueur est à la fois champion de France 2000, 2003, 2004 et 2007, puis finaliste de la Coupe d’Europe en 2005 et champion de France Reichel la même année. De plus, il a accumulé les sélections en équipe de France aux championnat du monde des moins de 21 ans 2001 en Australie, en Universitaires en 2003 (3 sélections en tant que capitaine) puis en rugby à VII.

Jérôme Fillol

Enfin Jérôme Fillol alias « Belette » s’est fait connaître à Toulouse en 1998. Il est ensuite parti au Stade français pour une saison en 2002 et à l’Usap l’année d’après. C’est au Stade français (2004-2008 ; 2011-2015) qu’il trouvera finalement sa place en ayant effectué trois saisons au Racing-Metro entre temps. Au total, le demi de mêlée a enregistré 10 essais marqués dont 2 en Coupe d’Europe, 34 pénalités, 36 transformations avec le Stade français ainsi que 8 sélections au Barbarian Rugby Club. Beau score pour ce champion de France Crabos 1997 de surcroît finaliste de la Coupe d’Europe 2005 et de France 2004 et 2005. Aujourd’hui il dit adieu au vestiaire à tout juste 37 printemps. Auront-ils une reconversion dans le rugby ? L’avenir nous le dira. Affaire à suivre… An. B.

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?