Le week-end fou de Pètre

  • Le week-end fou de Pètre
    Le week-end fou de Pètre
Publié le , mis à jour

Titulaire lors de la finale d’accession remportée par son équipe d’Agen, le trois-quarts centre Benjamin Pètre, futur Briviste, a vécu un week-end riche en émotions.

Son départ d’Agen était acté. Benjamin Pètre, 25 ans, qui a débuté sa carrière professionnelle au SUALG a décidé de vivre une nouvelle aventure la saison prochaine. Une aventure en Top 14 avec Brive. Seulement samedi dernier, l’avenir est encore incertain pour le club corrézien qui doit s’imposer avec le bonus offensif face au Stade français pour conserver sa place dans l’Élite. « J’étais aussi stressé samedi que dimanche, reconnaît le puissant trois-quarts centre lot-et-garonnais. Pendant la semaine, je n’ai réussi qu’à penser à notre finale mais, samedi, j’ai bien sûr regardé le match de Brive. »

En espérant que ce week-end rime définitivement avec Top 14 sur les deux tableaux. « Je savais que Brive pouvait le faire car c’est une des meilleures équipes à domicile. J’en étais persuadé. » Un match qu’il a regardé en trois temps. Tout d’abord chez lui. « Mais, il y avait beaucoup de monde donc je suis descendu le suivre chez un ami qui a un magasin. Puis j’ai suivi la fin de la rencontre au stade Armandie. » Là, il a retrouvé ses frères d’armes pour préparer la finale d’accession face à Mont-de-Marsan. « Tous mes coéquipiers étaient heureux pour moi. J’ai senti que même si je partais en fin de saison, ils ne me lâchaient pas. »

« Un plaisir collectif »

En échange, Benjamin Pètre veut être à la hauteur de l’événement le lendemain sur la pelouse d’Ernest-Wallon. Histoire de conclure parfaitement son histoire avec le SUALG et cette reconquête amorcée depuis deux saisons. « J’ai pu montrer cette année que je n’étais pas l’éternel espoir toujours blessé, qui ne jouait que quelques matchs. Je suis très content que ça se finisse comme ça. » Avec seize feuilles de matchs, soit autant que les trois saisons précédentes (sans compter le Challenge européen, N.D.L.R.), le futur Briviste ne cache pas son bonheur d’avoir contribué à ramener le SUALG au plus haut niveau : « Ce n’est pas forcément la même joie que mes coéquipiers qui restent au club, mais c’est la joie de gagner, de l’avoir fait pour tous mes potes. Ce plaisir collectif est plus fort que son propre plaisir. » Alors, il profite de ses premiers jours de vacances pour vivre pleinement les festivités de cette victoire finale face à Mont-de-Marsan. Avant de débuter une nouvelle aventure en Corrèze, tout en sachant qu’il retrouvera ses copains agenais au moins deux fois par an.

Nicolas Augot
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?