Le rebond comme unique obsession

  • Le rebond comme unique obsession
    Le rebond comme unique obsession
Publié le , mis à jour

Promu en Fédérale 1 cette saison, le Rugby Club Tricastin (Pierrelatte-Saint-Paul-Trois-Châteaux) aura vécu un exercice 2014-2015 compliqué. Un succès et une place de lanterne rouge venant solder cette saison noire. Mais le club drômois préfère voir le positif

Les années se suivent mais ne se ressemblent pas forcément, pour le Rugby Club Tricastin. Promus la saison dernière en Fédérale 1, les Drômois ont cette fois vécu un exercice beaucoup plus complexe. Mais comme le confiait le Général de Gaulle : « Quelles que soient les difficultés, tout vaut mieux que d’être mis hors de combat sans combattre. » Une devise symbolisant parfaitement la saison d’un RCT, qui malgré la difficulté n’aura jamais rendu les armes. « L’engagement et l’enthousiasme des joueurs ont toujours été présents, on a pu rivaliser avec les autres équipes de la poule mais sans pouvoir faire la différence », analyse l’entraîneur des avants tricastins Bruno Homs. Des propos illustrés par les revers concédés d’une courte tête face à Bourg-en-Bresse (10-18), Aubenas-Vals (16-26) ou Chambéry (32-35). Ces deux dernières rencontres étant d’ailleurs des moments charnières de la saison du RCT. « Ce sont deux tournants de la saison car si on arrive à les remporter, le groupe aurait mieux vécu cette saison. Malheureusement pour nous, on a manqué d’expérience et on a payé cash nos quelques fautes stratégiques qu’on pouvait rattraper en Fédérale 2. » Un manque de résultats engendrant forcément une situation difficile au classement pour les Atomistes. Mais là où d’autres groupes auraient implosé, le Rugby Club Tricastin n’a toujours fait qu’un. « Il ne faut rien lâcher, on est derrière vous, on vous fait confiance. On sait que ça va le faire », confiait le président Alain Pecherand à ses joueurs, au soir de la défaite contre Romans-sur-Isère (10-22).

La Seyne-sur-Mer, bien plus qu’une victoire

Seulement, la roue finit toujours par tourner au moment le moins attendu. Pour les Drômois, le retour de la baraka a une date, le 14 décembre 2014. Cette dernière symbolisant le premier succès du RCT en Fédérale 1 cette saison, face à la Seyne-sur-Mer (30-28). « Les deux équipes étaient à ce moment-là dans le dur. De notre côté, nous avions beaucoup de blessés et ce jour-là, nous avons eu ce petit brin de chance qui fait la différence. Ce succès venait récompenser les joueurs qui n’ont jamais rien lâché », rappelle Bruno Homs. Preuve de la réussite drômoise, c’est après trois échecs consécutifs au pied, qu’Arnaud Bugeat avait passé la pénalité victorieuse sur la sirène. Une euphorie confirmée en suivant à Aubenas-Vals (26-25) et face au ROC la Voulte-Valence (13-16). Mais cette fois, sans que le RCT soit récompensé. « Si nous avions gagné contre Aubenas au retour, je pense qu’ensuite nous aurions battu le ROC et Hyères-Carqueiranne. Le scénario a été cruel et a représenté un nouveau coup d’assommoir pour nous. » Un nouveau coup dur pour les Tricastins, avant que de nombreuses blessures viennent affaiblir l’effectif. Dur à encaisser, même si les Drômois n’ont jamais baissé les bras. « Sur le dernier tiers, nous avons eu beaucoup de joueurs blessés pour de plus ou moins longue durée comme Temur Gelantia ou William Tormo. On a vu que notre profondeur de banc n’était pas assez importante. Mais le dernier match est le reflet de notre saison. » Une saison malgré tout, ayant permis au RCT de mesurer la marche qui le sépare du très haut niveau.

Capitaliser sur cette expérience la saison prochaine

Car malgré un bilan sportif difficile, les Tricastins retirent beaucoup d’expérience de cette première saison dans l’élite amateur. Un apport sur lequel ils comptent bien s’appuyer à l’étage inférieur, la saison prochaine. « Notre ambition est de rester dans une certaine continuité et de capitaliser sur notre expérience en Fédérale 1. Nous gardons quasiment la totalité de l’effectif, mais nous savons que le niveau de la Fédérale 2 a augmenté et que nous serons attendus partout. À nous d’être prêts. » Le Rugby Club Tricastin sera donc cette fois, dans la peau d’un favori annoncé pour la montée. Mais pas de quoi changer l’état d’esprit des Atomistes. C. V.

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?