Johnston, Harinordoquy : des pertes de poids ?

  • Johnston, Harinordoquy : des pertes de poids ?
    Johnston, Harinordoquy : des pertes de poids ?
Publié le , mis à jour

Souffrant d’inconstance en conquête depuis le début de la saison, Toulouse affrontera Oyonnax sans son meilleur sauteur et son meilleur droitier. Des difficultés dont il faudra pourtant s’accommoder, face à un des meilleurs packs du championnat...

Si la réception de l’UBB ne présentait qu’un enjeu sportif limité (Toulouse étant assuré de disputer son barrage à domicile même en perdant contre Bordeaux-Bègles), le Stade toulousain lui a payé un lourd tribut avec la suspension de Census Johnston (expulsé pour avoir assené deux coups de poing à Talebula) et la blessure d’Imanol Harinordoquy (déchirure). Deux absents qui ne sont pas encore potentiellement éliminés pour disputer les demi-finales, Johnston passant mercredi devant la commission de discipline tandis qu’Harinordoquy présente d’ores et déjà certaines garanties. Le hic ? C’est qu’avant de songer à Clermont, Toulouse doit passer l’obstacle Oyonnax, dont le point fort réside justement dans la conquête. Alors, de là à conférer un petit avantage à l’USO, sachant que Johnston et Harinordoquy sont des maillons essentiels de la mêlée et de la touche toulousaine ? Soucieux de ne pas dire le mot de trop, Thibault Lassalle s’est contenté d’une langue de bois polie sur ce sujet. « On ne s’est pas trop intéressé au Stade toulousain, soufflait le deuxième ligne d’Oyonnax. De toute façon, quand on connaît l’effectif du Stade, on sait très bien qu’ils auront les ressources pour pallier ces absences. Neemia Tialata a été pas mal décrié et je ne suis pas sûr que ce soit une très bonne nouvelle pour nous, car il voudra prouver dans un grand match qu’il n’a pas gagné ses sélections avec les Blacks par hasard. »

Sauf qu’un pilier, même All Black, ne peut que difficilement tenir 80 minutes dans un match de phases finales. Voilà pourquoi, au vu des difficultés physiques de Kakovin, les Toulousains ont dû piocher dans les rangs des espoirs pour ressortir du chapeau le jeune Dorian Aldegheri. « Nos espoirs sont en finale du championnat de France grâce au travail de leur staff et de tout un club, il faut les féliciter, rappelait le manager Guy Novès. Ne pas pouvoir défendre pleinement ses chances en finale, c’est un drame. Mais la suspension de Census Johnston et la blessure d’Imanol Harinordoquy nous ont contraints à récupérer dans leurs rangs certains joueurs, afin d’être le plus compétitifs possibles. »

Les espoirs Aldegheri et Camara en renfort

En effet, en plus d’Aldegheri, c’est Yacouba Camara qui intégrera le banc toulousain, tandis que Yannick Nyanga endossera les habituelles responsabilités d’Harinordoquy en touche. « Je serai capitaine de touche, mais ça ne sera pas la première fois, souriait le troisième ligne international. J’ai passé pas mal d’heures à étudier cette équipe d’Oyonnax, à lui trouver des failles, et je peux vous assurer qu’il n’y en a pas beaucoup. Cela sera un gros défi. Les Oyonnaxiens disposent de trois sauteurs exceptionnels, leurs deuxième ligne et Olivier Missoup, ce qui empêche de défendre contre eux en individuel. On a travaillé sur certaines pistes, on verra bien samedi vers 18 heures si cela aura fonctionné. » Une forme de sérénité dont le capitaine Thierry Dusautoir ne souhaitait pas se départir. « Ces absences ne rajoutent pas d’incertitude, mais ont forcément privé le manager et les entraîneurs d’un certain confort. Pour le reste, on n’a pas ressassé plus que ça le fait qu’il nous manquait certains joueurs. On s’est préparé du mieux possible, reste simplement à revoir quelques réglages pour que tout fonctionne comme nous l’espérons. » Ou suffise à rapporter une victoire…

Nicolas Zanardi
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?