• Strasbourg, Vienne, Lavaur et Anglet en demies
    Strasbourg, Vienne, Lavaur et Anglet en demies
Publié le / Modifié le
Fédérale 2

Strasbourg, Vienne, Lavaur et Anglet en demies

Victorieux du match au sommet de la Fédérale 2, Strasbourg retrouvera Vienne dans le dernier carré. L’autre demi-finale mettra aux prises les Tarnais de Lavaur aux basques d’Anglet.

Décidément Châlons-en-Champagne porte bonheur aux RC Strasbourg. Voilà cinq ans en arrière, les Alsaciens avaient débuté leur belle aventure jusqu’à la finale de Fédérale 2 contre Blagnac dans la préfecture de la Marne. Les Strasbourgeois avaient dû passer par la case des prolongations pour sortir Arras en seizièmes de finale.

Aujourd’hui, les partenaires de l’ancien ouvreur columérin Frédéric Pujo ont réécrit l’histoire en remportant leur quart de finale contre Rouen (20-16). Cette fois-ci, le RCS n’aura pas dû patienter au-delà du temps réglementaire pour valider son billet pour les demi-finales.

Plus que jamais, les Strasbourgeois, têtes de série numéro font figure de grandissime favori pour l’obtention du titre de champion de France. En dominant le club haut-normand, les protégés de Julien Chastanet se sont enlevés un gros caillou de leur chaussure. Sorti numéro deux national à l’issue des phases de poules, les Rouennais entraînés par l’ancien demi de mêlée finaliste du Mondial 1991 avec l’Angleterre, Richard Hill, faisaient figure de prétendants très sérieux à la couronne de Fédérale 2.

Des Vauréens en mode diesel

En demi-finale, les Alsaciens retrouveront les Viennois brillants vainqueurs de Grasse à Agde (20-26). Battus deux fois en poule par ces mêmes Azuréens, les ouailles de l’ancien entraîneur du LOU, Mathieu Lazerges ont pris une revanche éclatante. Un exploit d’autant plus grand que les Maralpins restaient sur cinq succès de rang ! Malgré un doublé de l’ancien ailier du RCT Laurent Buchet, les Grassois n’ont pas su enfoncer le clou.

Dans l’autre demi-finale, Lavaur retrouvera Anglet. Des Vauréens en mode diesel. Tendus et crispés en première période, les Tarnais ont su ensuite passer la surmultipliée pour écarter de leur chemin des Nîmois pas suffisamment efficaces lors de leurs temps forts (19-13).

Un suspense haletant, des essais spectaculaires et un scénario rocambolesque ! Comme lors des deux précédents chocs cette année en poule, cette troisième affiche entre Anglet et Lombez-Samatan a tenu toutes ses promesses. Emmenés par le vieux lion Sébastien Fauqué, auteurs de 17 points, les Angloys ont remporté d’un souffle la belle (28-26) face aux valeureux gersois de Lombez-Samatan. Treize ans après son titre de champion de France honneur, la formation basque reste en course pour une nouvelle consécration nationale.

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir