Les sept champions du week-end

  • Les sept champions du week-end Les sept champions du week-end
    Les sept champions du week-end
Publié le , mis à jour

Rêver d’un titre est une chose, l’obtenir en est une autre. Sept clubs ont réussi ce pari, ce week-end de la Fédérale 2B aux cadets Gaudermen. Avec notamment le Racing qui s’est taillé une part importante du gâteau.

Peu importe la manière, gagner une finale est toujours quelque chose d’exceptionnel. Là où le bonheur des vainqueurs contraste avec les larmes des vaincus. Ce dimanche, ils ont été sept à exulter. À commencer par Strasbourg, champion de France de Fédérale 2B, aux dépens de Lavaur (25-6). Un succès logique pour des Alsaciens qui n’auront jamais laissé leurs adversaires tarnais espérer pouvoir inverser la tendance. L’écart ayant toujours été d’au moins un essai transformé, après la demi-heure de jeu. Une domination imitée par Palavas-les-Flots, vainqueur en réserve de Fédérale 3 face au Rheu (31-12). Les Héraultais ont construit petit à petit leur victoire, s’appuyant sur la botte de Siboul avant de faire parler leur force de frappe offensive. Trois essais venant récompenser le futur champion, même si les Bretons n’ont jamais abdiqué. Les coéquipiers de Souchet n’auront jamais fermé le jeu, étant récompensés par deux essais entre la 39e et la 52e (24-12). En Espoirs-Reichel poule 2 (la deuxième division), le titre national prend la direction de Narbonne. Les Audois ont réalisé une nouvelle grosse performance en dominant aisément le Stade français (31-15). Du moins au vu du score car il aura fallu attendre les dernières minutes pour voir la victoire se dessiner, les joueurs du RCNM inscrivant deux essais aux 78e et 80e minutes pour creuser un écart définitif.

Un titre peut en cacher un autre pour le Racing

Sur d’autres terrains, le suspense aura été beaucoup plus intense. À l’image de la finale Crabos entre Montpellier et Biarritz, remporté par les Héraultais d’un tout petit point (23-22). Un final au couteau renforcé par le fait que le MHR menait au début des arrêts de jeu de treize points (23-10, 70e). Juste avant que l’arrière du BO, Mirailh, auteur d’un triplé, ne réalise deux numéros pour ramener les siens sur les talons montpelliérains. Un retour trop tardif pour renverser la situation et ôter le titre aux coéquipiers de Giudicelli. En Alamercery, c’est le Toulouse de Romain Ntamack qui décroche la timbale, en dominant Bordeaux-Bègles (24-16). Les Haut-Garonnais, s’appuyant sur la botte de Ntamack, auteur de quatorze des vingt-trois points des siens. Mais la grosse performance de ce week-end vient du Racing Club de France qui réalise un doublé. Les Franciliens remportent tout d’abord le titre en élite Espoirs-Reichel, face aux Toulousains (31-21). Un succès obtenu grâce à un triplé de l’ailier Dupichot et à un pack dominateur. Une consécration également vécue par les cadets Gaudermen face à Toulon (21-17). La botte de Guillaume donnant une ampleur un peu plus grande à la fête francilienne. C. V.

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?