• Cruel temps additionnel pour Nevers
    Cruel temps additionnel pour Nevers
Publié le / Modifié le
Fédérale 1

Cruel temps additionnel pour Nevers

Battus de treize points à Lille en demi-finale aller, Nevers a tenu sa qualification... Jusqu’à la 79e minute.

Demi-finale retour

L’USO Nevers regrettera longtemps une première mi-temps calamiteuse à Lille, lors de la demi-finale aller de Fédérale 1, et les ultimes minutes de la manche retour ce dimanche 31 mai dans la Nièvre. Car le matelas de treize points sur lequel les espoirs nordistes de monter en Pro D2 rêvaient fut réduit en miettes à l’entame de la deuxième période par des Neversois euphoriques, portés par près de six mille supporters. Seul un temps additionnel cauchemardesque fit perdre aux Bourguignons leur avantage.

Méconnaissables, une semaine plus tôt au Stadium de Villeneuve-d’Ascq, les Nivernais s’étaient pourtant offert un sursis en ôtant le bonus offensif aux Lillois, sur la sirène. Affichant à nouveau leur vrai visage, dans un Pré-Fleuri plein à craquer, ils mirent cependant plus d’une mi-temps à combler leur handicap.

Détresse et allégresse

En dépit d’une domination nette, ils ne meublèrent le tableau d’affichage que grâce au pied gauche de Duvallet qui fit mouche à trois reprises. En face, la botte de Dilhan ne trouva qu’une fois le chemin des perches, sa tentative de 60 mètres, juste avant les citrons, frôlant le poteau gauche du grand H nivernais. Ce furent donc les visiteurs qui regagnèrent les vestiaires avec le ticket pour l’étage supérieur en poche.

Ces treize points à rattraper, les Jaunets n’eurent besoin que de huit minutes pour les mettre en caisse. Le coup d’envoi direct en touche d’un Dilhan peu inspiré, donna le cuir aux locaux. Après un renversement d’attaque, Maya perça plein cœur pour filer entre les poteaux inscrire un essai aisément bonifié par Duvallet. Cinq minutes plus tard, les jambes d’Autagavaia l’envoyèrent derrière la ligne dans la folie que l’on imagine (21-3, 48e).

En claquant un drop-goal à la 54e minute, Thibault Duvallet donna un avantage de +8 à ses couleurs, que Florian Romain réduisit de trois unités, à l’heure de jeu. Lille, sous l’éteignoir jusque-là, décida enfin de se livrer. Après s’être heurtés à une défense héroïque, les Ch’timis virent miraculeusement la porte du paradis s’ouvrir devant eux. Deux cartons concédés par les Neversois et une série de pénaltouches propulsèrent le collectif lillois derrière la ligne. Du bord de touche, la transformation de Florian Romain confirma la détresse neversoise et déclencha l’allégresse lilloise. A. D. (à Sermoise-sur-Loire)

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir