Toulon : qui prendra le numéro 12 ?

  • Toulon : qui prendra le numéro 12 ?
    Toulon : qui prendra le numéro 12 ?
Publié le , mis à jour

Avant la demi-finale vendredi 5 juin face au Stade français, Bernard Laporte hésite encore sur le choix de son premier centre.

C’est l’une des rançons de la gloire du RCT ! L’un des effets pervers de son effectif pléthorique et de qualité supérieure. Avant chaque match, Bernard Laporte se heurte inlassablement à de véritables dilemmes quant aux choix de son XV de départ. Alexandre Menini ou Xavier Chiocci, à gauche de la mêlée ? Juanne Smith ou Juan Martin Fernandez Lobbe en troisième ligne ? Frédéric Michalak ou Matt Giteau à l’ouverture ? Tout entraîneur professionnel aimerait un jour se retrouver confronté à de tels choix cornéliens.

Le manager du RCT n’est pourtant pas du genre à se lancer dans une partie de poker menteur avec ses homologues. Laporte aime généralement bien placer ses joueurs dans un certain confort et renouveler sa confiance aux vainqueurs des précédents gros rendez-vous.

Le feu vert pour Hernandez

Mais l’immense performance de Maxime Mermoz contre Oyonnax associé à la blessure aux côtes de Juan Martin Hernandez a semble-t-il semé le doute dans l’esprit carré de Laporte avant cette demi-finale du Top 14 face au Stade français. Le boss du RCT nous avouait en personne dans l’édition du Midi Olympique vendredi 29 mai avoir une « bonne migraine ». Mais après avoir reçu le feu vert reçu de l’encadrement médical, l’international argentin s’est entraîné normalement cette semaine. Laporte pourrait donc relancer la paire de centres Hernandez-Bastareaud qui avait fait merveille contre Clermont-Ferrand lors de la finale de Champions Cup le samedi 2 mai 2015.

Comme le manager des Rouge et Noir pourrait aussi être tenté de titulariser sur l’aile droite, Delon Armitage remis de sa blessure à une main qui l’avait privé du triomphe européen. Quand le chat n’est pas là, les souris dansent ! Ce contretemps rencontré par l’international anglais avait permis à l’ex-Wallaby Drew Mitchell d’endosser le costume de superhéros. À Toulon, les absents même de courte durée, ont toujours tort.

Jérôme Fredon
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?