Les noms communs

  • Les noms communs
    Les noms communs
Publié le , mis à jour

Quel sera le visage, sur le terrain, de la nouvelle équipe basque ? Quinze joueurs devraient être conservés dans chaque équipe. Et certains anciens emblématiques pourraient faire leur retour…

Qui en sera ? Depuis la relégation de l’Aviron bayonnais en Pro D2, les départs de plusieurs joueurs ont été annoncés. On sait notamment que le troisième ligne international Charles Ollivon et le talonneur Anthony Étrillard ont signé à Toulon, que le pilier Lukas Pointud jouera à Brive ou que le centre Gabriele Lovobalavu, le troisième ligne Mark Chisholm et le deuxième ligne Lisiate Fa’aoso ne resteront pas eux non plus. L’international anglais Matthew Tait, qui s’était engagé, ne viendra finalement pas, au contraire de Julien Jané et Tom Taylor, autres recrues. Mais on sait aussi que d’autres ont choisi de poursuivre l’aventure. C’est le cas du centre Mathieu Ugalde, du demi de mêlée Guillaume Rouet, du flanker Jean Monribot, du buteur Martin Bustos Moyano mais aussi du All Black Joe Rokocoko. Actuellement sélectionné avec les Barbarians britanniques, il doit donner une réponse d’ici peu mais il elle sera, selon toute vraisemblance, favorable.

Avec Harinordoquy et Lagisquet ?

Selon les dernières informations, quinze joueurs de chaque club seront conservés pour former la nouvelle entité basque, l’enveloppe prévue pour les licenciements s’élevant à 3,5 millions d’euros. Côté biarrot, il est acquis que le troisième ligne sud africain Philip Van der Merwe ne sera pas de l’aventure. Au contraire, selon Sud Ouest, d’Erik Lund, Alban Placines, Ben Broster, Seremaia Burotu, Tim Giresse, Rodney Davies, Laurent Cabarry et Stéphane Clément. RMC a réaffirmé, ce mardi, la piste menant Imanol Harinordoquy, qui s’est toujours dit favorable au regroupement des deux équipes. Il pourrait constituer le premier gros coup du nouveau club.

Outre les joueurs, se pose la question des entraîneurs. On parle, depuis longtemps, d’un management assumé par Patricio Noriega. Selon Sud Radio, l’Argentin prendrait plutôt en mains les avants aux côtés de Vincent Etcheto, en charge des arrières. Ce dernier possède encore un an de contrat avec l’UBB mais, depuis quelques semaines, son départ est évoqué. Annoncé par le compte twitter de Jour de Rugby dimanche soir, il a été immédiatement démenti par l’intéressé et son président, Laurent Marti. Son nom ressort pourtant en ce début de semaine, de même que celui de Patrice Lagisquet qui, d’après Sud Radio, prendrait le rôle de manager à l’issue de la Coupe du monde.

Emilie Dudon
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?