Bruzulier : « Le Premiership, un super challenge à relever »

  • Bruzulier : « Le Premiership, un super challenge à relever »
    Bruzulier : « Le Premiership, un super challenge à relever »
Publié le , mis à jour

Le demi de mêlée franco-gallois, Jean-Baptiste Bruzulier, a participé, dimanche 31 mai, à la remontée de Worcester en première division anglaise. À 22 ans, l’ancien joueur d’Aix devrait être le seul « représentant » de la France en Premiership la saison prochaine.

Votre équipe s’est qualifiée en gagnant 59 à 58 contre Bristol sur l’ensemble des deux matchs. Comment s’est passée cette finale haletante ?

Nous avions gagné le match aller d’un point. Tout le monde nous disait que ce n’était rien et que ça ne suffirait pas. Au retour, l’équipe était menée 30 à 16 à la 70e minute. Revenir au score paraissait alors inimaginable et pourtant notre collectif a montré un état d’esprit remarquable pour relever la tête. Notre défense a été irréprochable et, en une dizaine de minutes, nous avons inscrit deux essais. C’était incroyable. Cet état d’esprit nous montre que ce groupe aura des arguments pour exister en Premiership la saison prochaine. C’était notre troisième finale de l’année. L’équipe avait déjà remporté la British and Irish Cup et était allée en finale des réserves.

Vous avez passé une majeure partie de la saison avec la réserve et vous êtes retrouvé titulaire pour la finale. Pourquoi ce soudain changement de statut ?

Nous étions trois au poste de demi de mêlée cette saison. Je n’ai pas toujours compris pourquoi je jouais si peu. J’arrivais tout juste d’Aix, mes concurrents étaient plus expérimentés et ont en tout cas réalisé une très belle saison. Mais en quelques jours, Charlie Mulchrone s’est blessé à un pied et Jonny Arr a été suspendu. J’ai donc disputé les trois matchs les plus importants de notre saison, la demi-finale retour et les deux rencontres de la finale. Je n’aurais jamais pensé avoir cette chance.

Comment vous êtes-vous senti ? La presse anglaise vous a unanimement cité comme un des hommes clés de la victoire…

Oui, ça s’est plutôt bien passé pour moi (sourire). Pourtant, cela faisait deux mois que je n’avais pas joué et je ne me sentais pas au mieux physiquement. C’était un gros défi de me retrouver dans la peau du titulaire, surtout avec cette pression et face à un demi de mêlée aussi expérimenté que Dwayne Peel. Mes entraîneurs et les deux autres numéros 9 m’ont rassuré. Ils m’ont dit : « Même si tu as peu joué, nous savons que tu es prêt. Tu peux apporter à l’équipe. C’est ta chance. » J’ai voulu prouver que j’étais capable de me hisser au niveau du défi. J’avais beaucoup à prouver.

Serez-vous encore à Worcester la saison prochaine ?

Oui, il me reste un an de contrat. Un autre demi de mêlée a été recruté, Luke Baldwin de Bristol, en vue de la montée mais je pense avoir montré que je pouvais apporter à l’équipe. Je vais me battre pour gagner ma place en travaillant encore plus dur. C’est un super challenge à relever. Dans un an, s’il y a une possibilité en France, je suis déterminé à la saisir. J’aimerais bien revenir. Avoir autant bougé dans ma carrière a permis de me forger une sacrée expérience mais je souhaiterais maintenant me poser.

Vincent Bissonnet
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?