Bardy, chien de combat

  • Bardy, chien de combat
    Bardy, chien de combat
Publié le , mis à jour

Il y a des hommes dont le soutien compte toujours, dans n’importe quelle situation. Samedi, dans l’antre du grand stade de Bordeaux et face à Toulouse, le Clermontois Julien Bardy fera partie de ceux-là.

L’homme en question répond toujours au même signalement : inépuisable, inexhaustible, tel un poison coulant dans les veines, il est partout, sur chaque recoin du près vert. Julien Bardy ne s’est pas fait un nom par hasard. Au milieu des hommes tels que Julien Bonnaire, Gérard Vosloo ou encore Alexandre Lapandry, le flanker clermontois a su faire la différence. D’une part par sa technique, d’autre part par son état d’esprit.

La force de l’âge

Plaqueur-gratteur, voici 80 % de son jeu, de sa force. Au-delà des statistiques, on retiendra les faits marquants, et notamment son fameux double plaquage infligé aux deux troisième ligne, Billy Vunipola et Maro Itoje, lors de la rencontre face aux Saracens en avril 2015. C’est ainsi que se trouve la plus grande force de Julien Bardy : il est partout, tout le temps, sans que l’on ne puisse s’y attendre. Et c’est cet état d’esprit de chien de garde que les Clermontois apprécient lorsqu’ils s’essayent au jeu à côté du troisième ligne et international portugais. À bientôt 30 ans, l’homme de l’ombre s’est fait une place de choix dans l’équipe jaune et bleu, et la confiance qu’il a gagné de la part de ses coéquipiers prouve le travail accompli jusque-là. Julien Bardy, malgré son manque d’expérience, en comparaison avec certains joueurs (il a débuté le rugby à 15 ans), joue aujourd’hui un rôle primordial dans le groupe d’hommes mené par Franck Azema. Samedi, en demie face au Stade toulousain, c’est sur ces hommes-là qu’il faudra compter en premier : dans l’ombre de ses coéquipiers, Julien Bardy sera un soutien d’exception. Les Toulousains sont d’ores et déjà prévenus. R. P.

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?