Clermont face à lui-même

  • Clermont face à lui-même
    Clermont face à lui-même
Publié le , mis à jour

Incapable de se relever de ses échecs européens depuis trois saisons, l’ASMCA devra montrer qu’il a appris et grandi. Tout un programme.

Ne nous méprenons pas. C’est une belle, une coriace équipe du Stade toulousain que va affronter l’ASMCA cet après-midi. Sur la pelouse du nouveau stade de Bordeaux, plus de 1 500 sélections se côtoieront et Clermont, comme Toulon la veille, n’aura pas la partie facile au prétexte qu’il est sorti second de la phase régulière et donc directement qualifié pour les demi-finales. Mais l’ASMCA n’a rien non plus à envier à son adversaire. Mieux, disons-le, les Clermontois ont prouvé maintes et maintes fois qu’ils étaient supérieurs à leurs homologues toulousains du moment. Le problème, c’est que Clermont va surtout faire face à lui-même. La rengaine est tenace, forgée dans les méandres du passé. Clermont souffrirait d’un déficit de mental qui ferait que, au choix, il craquerait dans les moments décisifs et/ou ne se relèverait pas de ses échecs. C’est à cela, à tous ces préjugés que Clermont s’attaque ce samedi. Sans la certitude de triompher.

Des choix forts

La finale de Twickenham, perdue face à Toulon, a laissé des traces. C’est au moins une certitude sur la composition d’équipe. Exit Benjamin Kayser, remplaçant ce samedi, Cudmore, Davies et Nalaga (tous blessés) mais surtout Bonnaire. La légende se sera éteinte au mieux deux matchs avant son crépuscule officiel, remplacé dans le XV de départ par Julien Bardy, préféré au titre de son activité débordante. Le choix d’Azéma, révélé ce vendredi dans les colonnes de Midi Olympique, a de quoi faire parler. D’un côté, il y a l’image d’une icône mise au ban, châtiée pour ne plus avoir le rendement de ses jambes de 20 ans. De l’autre, il y a la logique de voir les actes en cohérence avec les discours. « J’ai toujours dit que je ferais ma sélection en fonction du niveau réel et des formes du moment. Pas au regard des statuts et des CV », a répété, toute la saison, Franck Azéma. Le couperet est tombé. Pour ce qui est, symboliquement, le match le plus important de la saison des Clermontois pour leur capacité à se relever, ce seront Ulugia, Bardy, Jedrasiak ou Stanley qui débuteront. Pas un sacrifice. Mais assurément des choix forts.

Léo Faure
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?