En toute sérénité

  • En toute sérénité
    En toute sérénité
Publié le , mis à jour

Vainqueurs du RC Toulon 33 à 16, triple champion d’Europe en titre, le Stade français a savouré sa victoire sans excès. Pour cela, il attend encore une semaine…

Ce samedi matin, le hall d’entrée du Novotel de Mérignac, hébergement choisi par les joueurs du Stade français vainqueurs la veille en demi-finale du Top 14 du RC Toulon triple champions d’Europe en titre, affiche une tranquillité étonnante. Ni euphorie particulière, ni effervescence. Il est un peu plus de neuf heures quand les premiers joueurs traversent le jardin séparant les chambres de leur salle de restauration. Évidemment, les sourires sont présents sur tous les visages. La veille, ils sont quelques-uns à avoir bu un verre au bar de l’hôtel en rentrant du stade. Comme pour faire durer le plaisir d’une douce soirée de printemps. À part ça ? Rien. Aucun débordement. « Je vais défoncer le buffet », annonce fièrement Antoine Burban, lorsqu’il se présente dans le hall d’entrée. Le phénomène Waiséa, lui, boîte bas. Son genou gauche bandé, il n’hésite pas, tout de même, à « chambrer » Rabah Slimani, attablé sur la terrasse de l’hôtel. Voilà pour les plus folles excentricités…

Après un tel exploit, d’aucuns auraient imaginé les Parisiens fêter dignement cette qualification. Une virée en centre ville, comme au bon vieux temps. Seulement, depuis quelques semaines, sans faire de bruit, le Stade français s’est mis en tête de reconquérir un bouclier de Brennus qu’il n’a plus touché depuis 2007. C’est au soir de leur qualification acquise, après la victoire sur Montpellier, que les Stadistes, ont décidé d’aller au bout de leurs possibilités. « Et ce groupe n’a pas fini de surprendre », prophétisait alors Jeff Dubois.

Ce samedi matin donc, le Stade français est heureux du vilain tour joué au Toulonnais. Mais, vous l’avez compris, pas d’excès. Tous les joueurs sont déjà tournés vers la finale. Ils ne se laisseront pas dévier de leur objectif. Et preuve que le Stade français croit en son destin, samedi matin sur le parking du Novotel, une unité mobile de cryothérapie, réservée bien avant la victoire sur Toulon, était stationnée afin de permettre aux joueurs de récupérer au plus vite. Et de préparer au mieux la finale de samedi prochain…

Arnaud Beurdeley
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?